Enfouissement des déchets radioactifs à Bure : les opposants enterrent le débat public

Les opposants au projet Cigéo ont empêché lundi 17 juin un débat public qu’ils qualifient de "bidon". Les discussions se poursuivent sur le site de la Commission nationale du débat public sous forme de cahiers de contribution.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Enfouissement des déchets radioactifs à Bure : les opposants enterrent le débat public
Opposant au projet Cigéo le 17 juin 2013

Le Hall de Bar-le-Duc (Meuse) n’aura sans doute jamais connu un tel volume sonore. Ouverte au public lundi 17 juin pour accueillir une deuxième rencontre sur le projet Cigéo, le centre de stockage profond de déchets radioactifs, la salle de spectacles meusienne a résonné durant près d’une heure des hurlements et sifflets de quelque 400 opposants avant que Claude Bernet, président de la Commission nationale du débat public (CNDP), ne soit contraint de lever la séance.

Aucun des trois intervenants prévus - Patricia Andriot, vice-présidente (EELV) du conseil régional de Champagne-Ardenne et opposante au projet, Bertrand Thuillier, scientifique ayant mis en exergue les risques d’incendie et d’explosion du site d’enfouissement, et Rémi Hutinet, secrétaire général CFDT de Haute-Marne - n’auront pu s’exprimer.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un sentiment de fait accompli

Ce nouveau fiasco risque fort d’enterrer le débat public sous sa forme initialement prévue. Exaspérés, les opposants – élus, écologistes et altermondialistes – invoquent deux décennies de fait accompli pour torpiller le débat. Le laboratoire de Bure, dont l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a affirmé durant plus d’une décennie le caractère purement scientifique, s’est inexorablement mué en projet industriel d’enfouissement des déchets.

Organisé en 2005, le précédent débat a laissé aux populations de Meuse et de Haute-Marne un goût amer : une concertation jugée exemplaire a conclu à la nécessité de laisser accessibles les fûts de déchets radioactifs, mais la loi du 26 juin 2006, votée par 19 députés seulement, a entériné la décision de l’enfouissement.

Un débat virtuel

"Le débat est actuellement impossible en salle, mais il se poursuit sur Internet, où il déjà généré dix cahiers d’acteurs", souligne Claude Bernet. EDF, Areva, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), ont apporté leur contribution au débat. La chambre de commerce et d’industrie de Haute-Marne, l’Union fédérale des syndicats du nucléaire-CFDT et la CFE-CGC apportent au projet un soutien sans réserve.

Le Comité de réflexion, d’information et de lutte antinucléaire (Crilan), les associations Sauvons le Climat et Environnement Développement Alternatif (EDA) dénoncent la précipitation de l’Andra et les risques de l’enfouissement profond.

Pascale Braun

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS