L'Usine Energie

Energy Pool et Schneider exportent l’effacement industriel chez le japonais Tepco

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

L’agrégateur d’effacement français Energy Pool va mettre en place le premier démonstrateur d’effacement de consommation électrique par les industriels au Japon, pour le compte de l’électricien Tepco. Un premier pas dans un pays qui doit compenser l’arrêt de ses centrales nucléaires depuis Fukushima.

Energy Pool et Schneider exportent l’effacement industriel chez le japonais Tepco © D.R.

Le marché français de l’effacement peine à décoller. Son leader, Energy Pool, s’envole au Japon. L’entreprise a été retenue pour mettre en place et opérer, en partenariat avec l’électricien tokyoïte Tepco, un démonstrateur de modulation de la demande d’électricité –  ou "demand response" – pour l’industrie. En clair, Energy Pool va, comme il le fait en France depuis 2008, moduler la consommation d’électricité d’industriels en fonction des besoins du réseau, principalement pour réduire – effacer – les pointes de consommation.

Présentant ce projet devant quelques journalistes mercredi 27 novembre, Olivier Baud, directeur d’Energy Pool, souligne : "Les besoins du Japon sont énormes. Le pays manque de 10 000 mégawatts (MW) de capacités de production d’électricité de pointe (500 heures par an, soit environ 5% de l’année)." Or l’Archipel doit déjà construire des centrales de base, qui produisent toute l’année, pour compenser l’arrêt des réacteurs nucléaires suite à la catastrophe de Fukushima. Les Japonais, industriels compris, vivent depuis au rythme du "setsuden" (l’économie d’énergie) et des centrales à gaz et à pétrole. Intenable.

Relâcher les contraintes d’un pays sans nucléaire

"Le Japon a besoin de sortir de la gestion de crise et de relâcher les contraintes", résume Olivier Baud. La modulation de la consommation d’électricité chez les industriels énergivores devrait y aider. Energy Pool veut le prouver avec ce démonstrateur, qui fait partie du programme de R&D japonais "système énergétique et social de prochaine génération". L’entreprise va mettre en place une capacité d’effacement de 50 MW en agrégeant une dizaine d’industriels alimentés par Tepco. Elle le pilotera depuis un centre d’opérations qui sera installé à Tokyo, dans les locaux de Schneider. Le champion français de la gestion de l’énergie, qui a pris une participation majoritaire dans Energy Pool en 2010, est bien implanté au Japon et suit de près les efforts du pays en termes d’efficacité énergétique.

L’expérimentation durera dix-huit mois et servira à définir le cadre réglementaire de l’effacement industriel au Japon. Olivier Baud est persuadé que le décollage sera rapide et vise 2000 MW de capacités d’ici à un an. "On a monté une offre que le Japon, focalisé sur les smart cities, ne connaissait pas", avance le dirigeant. L’expérience française menée depuis 2009 avec le gestionnaire français du réseau haute-tension RTE, dont l’expertise est reconnue au Japon, semble avoir séduit le ministère de l’économie, du commerce et de l’indutrie (Meti).

Petitesse du marché français

Dans l’Hexagone, Energy Pool affiche une capacité d’effacement de 1200 MW et revendique en avoir activé environ 700 MW au cours de l’année 2013. Des chiffres bien trop faibles pour Olivier Baud, qui déplore la petitesse du marché ouvert à l’effacement en France : 30 millions d’euros par an contre dix fois plus en Italie ou en Espagne. Qu’est-ce qui bloque ? Serait-ce un acteur majeur du système électrique français, qui s’est déjà illustré en bataillant contre Voltalis, un autre agrégateur d’effacement ? Olivier Baud ne citera pas de nom mais repasse par le Japon pour éclairer ses interlocuteurs : "Pour ce démonstrateur, le Meti a dû pousser Tepco. Rien d’étonnant, on n’a jamais vu dans le monde un marché de 'demand response' démarrer massivement sous l’impulsion de producteurs d’électricité."

La bataille autour du décret d’application de la loi Brottes, qui doit définir précisément l’effacement, continue en France.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte