Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[Énergies renouvelables] La France doit-elle s’inspirer du modèle allemand?

, ,

Publié le

Tribune Limiter le recours aux polluants ? Il faut diversifier nos sources de production d’énergies renouvelables pour atteindre la masse critique nécessaire au passage à un modèle beaucoup plus écologique, estime Kilian Dubost. Directeur des opérations France de l'agrégateur et fournisseur d’énergie natGAS, il décrypte le modèle allemand.

[Énergies renouvelables] La France doit-elle s’inspirer du modèle allemand?
Une tribune de Kilian Dubost, directeur des opérations France de l'agrégateur et fournisseur d’énergie natGAS.

Tout le monde veut des énergies renouvelables mais pas d’éolienne devant chez soi. Pourtant, si l’on veut espérer s’affranchir un jour des énergies polluantes, il n’y a guère d’alternatives à une évolution de nos sources d’énergie.

En avance dans ce domaine, les Allemands l’ont compris et couvrent leur territoire d’énergies renouvelables. Il importe de tirer parti de leur expérience et de perfectionner ces technologies pour aboutir un jour aux éoliennes futuristes, silencieuses et en forme d’arbres, que les urbanistes ambitieux annoncent pour le monde de demain.

Comprendre le retard du marché français

Depuis plus d’une décennie, l’Allemagne a fait le choix d’investir massivement dans l’énergie renouvelable en diversifiant les sources d’approvisionnement : photovoltaïques, hydrauliques, thermique, biogaz... De son côté, la France s’est longtemps reposée sur sa production nucléaire, c’est pourquoi la société civile est aujourd’hui à l’origine d’un grand nombre de recours juridiques qui retardent les entreprises dans la mise en place de parcs éoliens ou de panneaux solaires.

En Allemagne, au contraire, où ces infrastructures sont présentes depuis des années dans le paysage, elles sont bien mieux acceptées par la population. Les acteurs et agrégateurs* français sont donc moins développés, ce qui explique pourquoi des entreprises allemandes, plus mûres en termes de gestion et de solutions technologiques automatisées, s’implantent sur le marché des renouvelables français, soit en créant une filiale soit en rachetant de petites entreprises locales.

Subventionner et diversifier la production verte

Aujourd’hui, la France est en train de mettre en place le même système de subventions qui a été l’un des piliers du modèle allemand : pour toute nouvelle installation d’énergies renouvelables, dites "vertes", le prix de revente est garanti et supérieur au marché. Pour l’heure, ces énergies vertes ne sont pas encore rentables et restent subventionnées par des taxes sur la consommation d’énergie des industriels et des particuliers — comme le rappellent volontiers les détracteurs du renouvelable. Mais c’est une étape obligée pour atteindre un jour la masse critique** qui rendra les énergies renouvelables autosuffisantes.

Plus il y aura d’investissements, plus la rentabilité et la diversité des technologies de production augmenteront et permettront d’aboutir à un parc capable d’offrir une alternative crédible aux polluants que sont le charbon, le pétrole et le nucléaire.

Changer le comportement des consommateurs

Le problème majeur des renouvelables est qu’elles ne fonctionnent que si la source d’énergie est active — l’éolienne ne tourne pas sans vent — et puisqu’il n’existe pas de moyen économiquement viable de stocker l’électricité, il peut y avoir des périodes de surproduction comme de pénurie. Le basculement vers ces énergies va donc aboutir à un modèle tributaire des éléments, en fonction du vent ou de l’ensoleillement, qui rendra cruciale la diversification des sources de production.

Cette évolution représente une opportunité pour le consommateur, puisqu’elle va donner naissance à un nouveau type de contrats d’énergie, plus fluctuants. Il sera ainsi possible d’optimiser sa consommation d’électricité en fonction des cours du marché de l’énergie, ce qui peut même conduire à un changement des modes de consommation en fonction de l’énergie disponible, sur un modèle d’heures pleines ou creuses. Avec la domotique, on peut imaginer que le consommateur de demain ait une application sur son téléphone qui pilote tous ses appareils électroménagers (chauffe-eau, lave-linge) et les lance automatiquement en fonction des cours de bourse énergétiques.

Au lendemain de la catastrophe de Fukushima, l’Allemagne a décidé de sortir brusquement du nucléaire. Cette décision a permis de développer les énergies renouvelables mais celles-ci ne pouvant encore satisfaire la consommation, l’Allemagne a paradoxalement réhabilité le charbon. En France, à moins de reproduire ce schéma, ce qui n’est guère recommandable, il n’est pas possible d’arrêter immédiatement nos centrales nucléaires ; il vaut mieux se diriger progressivement vers le renouvelable. Grâce à la diversité de son territoire, la France dispose d’un formidable potentiel pour varier les sources d’énergie — le vent des côtes atlantiques pour l’éolien maritime, les vents intérieurs pour l’éolien terrestre,le soleil du midi pour le photovoltaïque — et aboutir à un mix capable de soutenir la consommation énergétique du pays.


*Un intermédiaire entre le producteur et l’acheteur qui rachète les productions d’énergie renouvelable et les revend sur les marchés pour valoriser la production.

**Le moment où la quantité d’énergies renouvelables produites sera suffisamment importante et diversifiée pour se passer du charbon ou du pétrole.
 

Les avis d'experts sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'Usine Nouvelle.

A propos de l'auteur:

Kilian Dubost a monté l’activité française de l’entreprise russe Gazprom auprès des PME, avant de rejoindre comme directeur commercial puis directeur des opérations natGAS France, filiale de l'agrégateur et fournisseur d’énergie allemand présent sur les marchés liberalisés européens depuis 2000.

 

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

24/09/2018 - 19h25 -

il est peu probable que le citoyen lambda ajuste sa consommation d' électricité de manière significative aux cours du marché. De plus dans notre pays, il fera toujours froid l' hiver et le solei ne paraitra jamais la nuit. Les EnR ne pouront donc jamais assurer à elles seules nos besoins énegétiques . Comment la France peut elle développer une politique énergétique basée principalement sur les éoliennes et le photovoltaïque alors que la production de ces deux technologies est quasiment nulle dans notre pays? Une étude de l 'Association internationale de producteurs d’électricité VGB PowerTech (Association regroupant les responsables énergie de 18 pays) publiée en juin 2017 indique que la production intermittente et aléatoire des EnRr exige une capacité quasiment équivalente de systèmes de secours (centrales ou stockage ) que se passe t il durant laes nuits ou les journées nuageuse et sans vent
Répondre au commentaire
Nom profil

07/09/2018 - 14h06 -

l'article est sidérant, les allemands font partis des plus gros pollueurs d'europe avec la pologne, il ne faut pas se moquer du monde, leurs modèle est tout sauf enviable
Répondre au commentaire
Nom profil

16/09/2018 - 01h30 -

Je ne me permettrai pas de rentrer dans un long débat énergie renouvelable contre énergie nucléaire. Mais il ne me semble pas que l’article se limite à la pollution atmosphérique émise en Allemagne contre celle émise en France. L’article concerne seulement l’approche de deux pays concernant les énergies renouvelables. Je ne trouve en aucun cas sidérant de comparer ses deux approches sachant que l’Allemagne atteinds des chiffres impressionnants concernant les énergies renouvelables. D’accord l’arrêt du nucléaire en vertus du charbon est une toute autre histoire. Mais la France ne peut pas se venter d’une montée aussi rapide et contrôlée des énergies renouvelables.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/08/2018 - 06h54 -

Bonjour j'ai échangé avec de jeunes allemand qui étaient convié à une conférance de la ville de Paris sur les villes où les habitants savent mutualiser la problématique de l'électricité. Leurs villes en allemagne sont en avance sur nos villes françaises
Répondre au commentaire
Nom profil

03/09/2018 - 23h17 -

pourquoi en avance? Parce qu'ils payent leur électricité 2 fois plus chère que nous Il ne me tarde pas de les rattraper Je ne suis pas pressé de payer 2 fois plus chère et ils produisent 6 fois plus de co2 que nous les Français pour chaque kwh produit
Répondre au commentaire
Nom profil

16/09/2018 - 01h42 -

Mais pourquoi se limiter à l’émission de CO2. Quelle est la part des déchets nucléaires? Il faut comprendre le mots transition ! En effet le problème du nucléaire n’est pas l’émission de CO2. Le sujet ici c’est le pourcentage d’énergie renouvelables en Allemagne comparé au pourcentage d’énergie renouvelables en France et sur ce point je suis désolé de vous dire que l’Allemagne est en avance !
Répondre au commentaire
Nom profil

02/08/2018 - 12h16 -

Je partage le commentaire précédent: l’allemagne N’est pas encore sortie du nucléaire. Elle utilise encore 8 Gwh de puissance actuellement et elle importe de l’électricité de France en ce jour de canicule ou le vent souffle peu. Il est sidérant de prendre l’Allemagne Comme exemple alors même que celle ci n’a toujours pas fais sa transition énergétique bas carbone, que la France a fait voici plus de trente ans. Les allemandes sont loin d’en avoir terminé avec le charbon...
Répondre au commentaire
Nom profil

30/07/2018 - 19h33 -

Bonjour Votre article est d'une naïveté déconcertante et je pèse mes mots. Regardez les émissions de CO2 en Allemagne et en France et vous comprendrez avec quoi l'Allemagne produit son électricité : charbon et gaz. L'intermittence des ENR n'est seulement journalière, elle est surtout saisonnière et donc il est impossible de réguler sa consommation en fonction de la production sur ce laps de temps. Donnez des chiffres svp. Et comment pensez vous adaptez la consommation d'un hôpital, d'un serveur de données ?
Répondre au commentaire
Lire la suite

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus