Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Energies renouvelables au Maroc : Voltalia candidat à six projets pour un total de 147 MW

,

Publié le

Producteur indépendant d'électricité renouvelable, le groupe Voltalia prévoit une capacité globale installée de 475 MW en 2016. Au Maroc, le groupe se dit candidat à six projets dont quatre dans l'hydroélectrique dans le Moyen Atlas, un dans l'éolien et un dernier dans le photovoltaïque pour un total de 147 MW. 

Energies renouvelables au Maroc : Voltalia candidat à six projets pour un total de 147 MW
Outre la France et notamment la Guyane, Voltalia est également présent au Brésil, en Grèce et au Maroc où il dispose d'une filiale VoltaMaroc depuis avril 2015.
© voltalia

En avance. Le producteur d'électricité Voltalia prévoit un volume global de capacité installée globale de 475 MW fin 2016 en avance de trois ans par rapport au calendrier initialement prévu. C'est ce qu'annonce le groupe situé à Paris dans un communiqué du 6 avril.

"Afin d'accompagner la mise en œuvre dans la durée de sa stratégie, la société a signé le 29 mars 2016 avec des établissements bancaires du groupe BPCE une convention de crédit renouvelable (revolving) d'un montant total de 35 millions d'euros et d'une durée de 5 ans" indique-t-il.

Outre la France et notamment la Guyane, Voltalia est présent au Brésil, en Grèce et au Maroc où il dispose d'une filiale VoltaMaroc depuis l'automne 2015. Installée à Rabat, celle-ci dispose aujourd'hui d'un effectif de huit développeurs.

"Moins d'un an après l'ouverture de sa filiale à Rabat au Maroc, Voltalia mène un développement actif sur la zone. Déjà positionnée sur des projets solaires et éoliens, la société a également déposé en début d'année des demandes d'autorisations pour quatre projets de centrales hydroélectriques, représentant un total de 40 MW", avait précisé le groupe le 8 février par communiqué. Au total, VoltaMaroc a déposé auprès du ministère de l'Énergie six demandes de projets dans le photovoltaique, l'éolien et l'hydroélectrique pour un volume global de 147 MW. Mais l'entreprise n'a pas voulu donner plus de détails sur ces projets, leur mode d'attribution ou encore leur localisation.

Si ces projets sont développés, VoltaMaroc compte vendre son électricité à des clients privés ou publics de type industriel selon le modèle IPP. Dans le secteur public, il vise les marchés de grandes sociétés comme l'Office national des chemins de fer (ONCF) ou l'Office chérifien des phosphates (OCP).

"Notre client type se trouvera d'abord sur le marché de la haute tension. A terme, ce sera aussi un client de moyenne tension. Ce sont plutôt des entreprises qui sont de gros consommateurs industriels d'électricité dans l'acier, la chimie ou l'agro-alimentaire. Notre seule condition est que nos clients nous achètent de l'électricité sur le long terme" précise Yoni Ammar (photo), directeur général de VoltaMaroc à L'Usine Nouvelle.

Au Maroc, sur le marché des énergies renouvelables, VoltaMaroc se trouvera confronté à la concurrence de sociétés comme Nareva, EDF Energies nouvelles ou Enel. Comme Voltalia, le groupe financier américain Brookstone prévoit quant à lui via sa filiale Platinium Power de déployer plusieurs projets dans l'hydroéletricité de petite puissance au Maroc.

"Le marché marocain est par nature un marché concurrentiel mais sain parce que le contribuable ne subventionne pas l'achat d'électricité verte" déclare Yoni Ammar.

"D'ailleurs, la clé d'accès au marché marocain est liée à la crédibilité des acteurs face à la structure des contrats" ajoute-t-il.

Par ailleurs, dans le photovoltaïque, il y a un an, VoltaMaroc avait manifesté son intérêt auprès de Masen, l’agence marocaine de l’énergie solaire, pour participer à l’appel d’offres international, lancé dans le cadre du programme NOOR PV I.

Ce programme consiste en la réalisation, le financement et l’exploitation d’une ou plusieurs centrales photovoltaïques à Ouarzazate (50 à 70 MW) et, potentiellement, à Lâayoune et Boujdour.

Coté à la bourse de Paris, le groupe Voltalia, dirigé par Sebastien Clerc enregistre début avril une capitalisation de 238 millions d'euros. Il annonce un chiffre d'affaires en forte hausse à 58,5 millions d'euros en 2015 contre 27,6 millions d'euros en 2014 et un résultat net positif de 4,5 millions d'euros.

Nasser Djama

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle