L'Usine Energie

Energie : Paris face à l'Europe. Dix acheteurs pour Béghin-Say. Interbrew digère ses acquisitions. Cegetel est optimiste. TRW veut se scinder en trois. Bull va demander une rallonge...

,

Publié le

Le ton monte entre Paris et l'Europe sur le dossier de l'énergie, notent ce matin Les Echos. A la veille du sommet de Barcelone, et au lendemain du vote du Parlement européen, qui a adopté le projet de directive sur l'ouverture des marchés. Ce dernier prévoit l'ouverture pour les entreprises en 2003 (électricité) et 2004 (gaz), et pour les consommateurs privés en 2005. Or, ni Jacques Chirac, ni Lionel Jospin ne veulent fixer une date pour les particuliers. La stratégie d'EDF est particulièrement visée par les parlementaires européens. Mais l'Allemagne a déclaré " comprendre " la position française.

Une dizaine d'acheteurs français et européens sont intéressés par Béghin-Say, le 1er sucrier français, mis en vente par Montedison. A ce stade, difficile de faire la part entre la simple curiosité et l'intérêt véritable, mais les betteraviers français, qui tentent de monter un projet de reprise avec les coopératives sucrières hexagonales, risquent d'avoir de la concurrence, remarquent Les Echos. 

Interbrew, le brasseur belge, va digérer ses acquisitions. Le n°2 mondial de la bière, après une année d'acquisistions qui ont contribué à ses bons résultats 2001, veut se consacrer en 2002 à l'intégration et à la croissance interne, indique le Financial Times.

"Cegetel va augmenter ses profits de 30% en 2002 ", déclare aux Echos Philippe Germond, le P-DG de l'opérateur de télécoms. Par ailleurs, il s'en prend à France Télécom, qu'il accuse de verrouiller le marché français pour financer sa stratégie internationale (et donc son endettement).

Un optimisme qui tranche avec les dernières (mauvaises) nouvelles de l'industrie des télécoms. Selon Gartner Dataquest, la croissance annuelle de la téléphonie mobile pourrait se situer entre 7% et 9% d'ici à 2005, mais de toutes façons très loin des 40% de croissance des ventes des " années magiques ", rapporte La Tribune. Quant aux nouvelles technologies qui doivent relancer le marché : le GPRS ne décollera pas avant Noël, et l'UMTS ne pésera pas plus de 10% des ventes jusqu'en 2005.

TRW a rejetté l'OPA hostile de Nothrop, et se prépare à se diviser en trois entités. TRW veut d'abord céder sa division de systèmes pour l'aéronautique, puis filialiser son activité automobile, pour ne garder que la division défense et spatiale, précise le Financial Times.

Pierre Bonelli, le nouveau patron de Bull, va demander une rallonge aux actionnaires, selon Les Echos. La nouvelle direction du groupe informatique, qui a échappé de peu au dépôt de bilan, a commencé par alléger les structures hiérarchiques, avec le départ de nombreux gros salaires. La branche serveurs de Bull pose le plus de problèmes, et il ne serait pas surprenant que l'on décide d'arrêter les frais dans ce domaine.

Sachez enfin que le britannique Vodafone et l'allemand T-Mobile doivent annoncer aujourd'hui un système de paiement par téléphone mobile dont ils veulent faire un standard européen pour les transactions financières " sans fil ". C'est dans le Wall Street Journal Europe.

A demain !

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte