Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Enercon inaugure son usine de mâts en béton de Compiègne

, , ,

Publié le

Le constructeur allemand d’éoliennes terrestres produira une centaine de mâts en béton par an pour le marché français. C’est sa première usine en France.

Enercon inaugure son usine de mâts en béton de Compiègne
Atelier de production sur le site Enercon de Longueil-Sainte-Marie
© A.R.C.

Près de deux ans après l’obtention de son permis de construire, Enercon, fabricant allemand d’éoliennes terrestres, inaugure vendredi 19 octobre son usine de production de mâts d’éoliennes en béton de Longueil-Sainte-Marie, près de Compiègne (Oise). C’est la première usine d’Enercon en France.

Cette usine de 18 000 m² (site de production de 15 000 m² + 3 000 m² de bureaux) installée sur un vaste site de 12 hectares, représente un investissement d’environ 25 millions d’euros pour Enercon. "Cet investissement exprime la confiance d’Enercon dans le marché français, indique un porte-parole d’Enercon joint par Usinenouvelle.com. Nous sommes dans l’attente d’un accord tarifaire stable pour le rachat par EDF."

L’usine, qui a déjà produit quelques segments de mâts, est conçue pour fabriquer une centaine de mâts par an pour les projets éoliens du marché français. Si le marché le demande, elle pourra accroître ses cadences pour atteindre 150 mâts par an. Elle a démarré avec 65 salariés comme prévu. Enercon prévoit d’en recruter autant quand l’usine aura atteint sa vitesse de croisière.

Spécialisé dans les éoliennes à entraînement direct (sans boîte de vitesse), le groupe Enercon fabrique tous les composants des éoliennes terrestres : mâts, pales, nacelles, générateurs, alternateurs. Il fabrique à la fois des mâts en acier et des mâts en béton et se présente comme un précurseur pour les mâts en béton. "Pour les mâts de grande hauteur, nous pensons que le béton est préférable à l’acier car il permet une plus grande rigidité. L’autre atout du béton est qu’il est moins soumis aux fluctuations de prix que l’acier" avait expliqué Henry Nicollet, le directeur de l’usine, à Usine nouvelle.com, lors de la pose de la première pierre.

L’usine fabriquera des modèles de mâts pour le marché français, à savoir des mâts de 80 à 100 mètres de hauteur pour des éoliennes de 2 à 3 MW de puissance. La production repose sur le principe de l’assemblage d’éléments préfabriqués. L'usine fabrique des demi-sections de mâts de 3,86 mètres de hauteur dont le diamètre varie entre 6,50 et 8,50 mètres à la base. Les deux moitiés de chaque segment sont assemblées et les segments "empilés" les uns sur les autres pour former un mât légèrement conique. Cette forme conique implique que les segments du haut soient un peu moins larges que ceux de la base du mât. L'assemblage des mats est réalisé sur le site des parcs éoliens.

Cette usine n’est pas arrivée à Compiègne par hasard. Enercon s’était en effet installé en 2004 à La Croix-Saint-Ouen dans la région de Compiègne pour ses activités dans l’Hexagone. Le constructeur a depuis quitté ce site pour autre site du Compiégnois, Le Meux, où il a implanté son service commercial, son service de gestion de projets et son service après-vente. Enercon emploie 13 000 salariés dont 450 en France : au Meux, à Longueil-Sainte-Marie et sur l’ensemble du territoire. Son réseau de service décentralisé comprend 25 antennes de service-maintenance à proximité des parcs éoliens.

Le choix du site de Longueil-Sainte-Marie est aussi lié à l’opportunité que représente le futur port fluvial de Longueil-Sainte-Marie sur l’Oise. La voie d’eau est en effet un atout pour l’acheminement des matières premières. La possibilité d’un raccordement à la voie ferrée (à 3 km) est un autre atout pour ce site. En revanche, on peut supposer que le renvoi aux calendes grecques du projet de canal à grand gabarit Seine Nord Europe (Compiègne-Cambrai) n’est pas une bonne nouvelle pour le constructeur.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/10/2012 - 15h38 -

Une usine à béton, voilà quelque chose de bien écolo. 65 emplois ? Pour combien de temps ?
Vestas, n° 1 de l'éolien licencie au Danemark plus de 2000 personnes.
Ce sont les chinois qui rigolent !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle