Technos et Innovations

En voiture, Google !

, ,

Publié le

Habitué des coups d'éclat, Google annonce qu'il travaille sur un premier prototype de voiture sans conducteur, entièrement automatisé. Ce n'est pas une nouveauté, selon un analyste, qui rappelle que les constructeurs automobiles se sont déjà penchés sur le sujet. Mais cela témoigne de l'intérêt croissant de Google pour ce secteur.

En voiture, Google ! © DR

En plein Mondial de l'automobile, le moteur américain a signalé hier, par le biais d'un billet publié sur son weblog, qu'il travaille sur un nouveau concept de voiture sans conducteur, avec l'objectif ambitieux d'améliorer la sécurité et de réduire les émissions de gaz à effet de serre « en changeant fondamentalement la façon de conduire ». Le projet reste « au stade de l'expérimentation », d'après Google, qui signale toutefois que ses sept premières « self-driving cars » ont déjà été testées sur une distance de 140 000 miles (soit environ 224 000 kilomètres) sur les routes californiennes. Toujours sous la supervision d'un « vrai » pilote, en mesure de reprendre le contrôle du véhicule si besoin.

Les premières voitures automatisées de Google ont été conçues avec l'aide de quelques ingénieurs ayant participé à un concours organisé récemment par l'agence américaine DARPA (pour « Defense Advanced Research Projects Agency »), spécialisée dans les projets de recherche avancée de défense. Les véhicules, qui utilisent le système de cartographie maison pour se diriger, ont été équipés de caméras vidéos, de capteurs radars et d'un télémètre laser (« LRF », pour « Laser Range Finder ») permettant d'analyser la circulation.

Un intérêt marqué pour l'automobile

L'expérience « ne représente pas une nouveauté en soi », selon Laurent Meillaud, consultant-journaliste spécialisé dans l'automobile et les nouvelles technologies : « Les constructeurs, comme BMW, Volkswagen et General Motors, savent le faire et mettent au point des voitures sans conducteurs depuis déjà plusieurs années. Il y a de nombreux exemples. BMW vient de présenter à Munich une fonction de contrôle à distance du parking automatique, par le biais d'une télécommande. À la demande, la voiture avance toute seule, va se garer sur une place de parking et coupe le moteur. Dans le cadre du projet européen Citymobil, on verra aussi apparaître en janvier 2011 à La Rochelle une navette Cybergo électrique et automatisée, sans conducteur ».

« Pour autant, l'expérience confirme que Google est un acteur avec lequel il va falloir compter à l'avenir dans le secteur de l'automobile », prévient le consultant. Il souligne que « le groupe ne vendra probablement pas de voitures » mais qu'il « devrait proposer de plus en plus de services associés ».

C'est en bonne voie. « Google est déjà présent dans l'automobile avec Google Maps et Google Earth et il s'intéresse également aux voitures électriques, puisqu'il est l'un des actionnaires de Tesla Motors et teste sur son campus des voitures électriques », rappelle Laurent Meillaud. « Et la prochaine étape consistera à apporter de la connectivité dans la voiture avec tout l'écosystème Android ».

Christophe Dutheil

A lire aussi :
Surfer ou conduire, il va falloir choisir... ou pas
Après les télécoms, l'open source part à la conquête de l'automobile

Pour en savoir plus
What we’re driving at
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte