Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

En vidéo : en marge de la COP22, le discours de Mohammed VI au sommet africain et les attentes des capitales du continent

, ,

Publié le

Réunis à Marrakech autour du roi du Maroc le 16 novembre,  les dirigeants africains ont appelé à un soutien des pays industrialisés pour des financements et des transferts de technologie. Et la prise en cause des transformations climatiques à l'œuvre, selon eux sur le continent, notamment en matière agricole.

En vidéo : en marge de la COP22, le discours de Mohammed VI au sommet africain et les attentes des capitales du continent © maroc.ma

Outre la rencontre des chefs d'Etats, responsables ministériels et experts de la planète entière, la COP22 a été l'occasion le mercredi 16 novembre d'un sommet africain à l'initiative du roi Mohammed VI. De quoi mettre en valeur, les initiatives et surtout les attentes des capitales du continent noir, lors de ce "Sommet Africain de l’Action". Et marteler au passage une énième fois pour le Maroc ses ambitions diplomatiques africaines.

Etaient notamment présents, Alassane Ouattara pour la Côte d'ivoire, le Rwandais Paul Kagame, Mahamadou Issoufou, président du Niger, Alpha Condé, celui de la Guinée et Macky Sall, président du Sénégal. Denis Sassou-Nguesso, président du Congo a annoncé cette occasion la création d'un "fonds bleu" pour le bassin du Congo.

Discours de Mohammed VI, le 16 novembre à l’ouverture du "Sommet Africain de l’Action"

 

A l’issue de cette rencontre, les dirigeants africains ont publié une déclaration.

Elle rappelle notamment que c’est "l’Afrique, qui a le moins contribué aux émissions mondiales de gaz à effet de serre [mais c’est] le continent le plus touché par les changements climatiques et leurs effets sur ses territoires dont les conséquences peuvent représenter une menace pour sa paix, sa sécurité et son développement durable".

Les dirigeants ont indiqué l’importance de la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable en particulier celui de "la responsabilité commune mais différenciée", pour relever le défi du changement climatique ou encore "l’engagement concret et substantiel des pays africains à contribuer à l’effort mondial de lutte contre les changements climatiques", tout en pointant leur ambition de faire de l’action pour le climat un levier d’émergence

Les chefs d'Etat africains se sont engagés à  promouvoir les politiques en matière d’adaptation requises, consolider leurs  engagements respectifs de lutte contre les effets du changement climatique ou "accélérer la réalisation des initiatives déjà identifiées ou lancées, en s’appuyant non seulement sur nos ressources intrinsèques mais également en mobilisant les bailleurs de fonds, multilatéraux et bilatéraux ainsi que les acteurs non étatiques (1)".

La déclaration multilatérale pointe la nécessité "d’encourager et faciliter la participation du secteur privé à la mobilisation de capacités et de financements supplémentaires pour relever le défi du changement climatique".

Dans un appel "à nos partenaires stratégiques", les dirigeants africains appellent enfin à leur "fournir un appui efficace et concret à la mise en œuvre de cette l’ambition, à travers notamment, l’augmentation du financement public, la facilitation de l’accès au financement climatique et son rééquilibrage en faveur de l’adaptation, le renforcement des capacités et le transfert de technologies".

POR

-----

(1) notamment : l'Initiative Africaine pour l'Adaptation, l'initiative pour « l'Adaptation de l'Agriculture Africaine » (AAA), projet de la « Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel», l’initiative pour la « Sécurité, la Stabilité et la Soutenabilité», celle pour la « Résilience Rurale », ou encore celle en faveur des « Forêts dans la Région Méditerranée et au Sahel », Initiative Africaine pour les Energies Renouvelables », celle relative à la « Conservation de l’Ecosystème du Bassin du Lac Tchad », celle pour une « Croissance Bleue », le « Couloir Africain de l'Energie Propre » ou enfin le « Fonds Bleu pour le Bassin du Congo».

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle