« En temps de crise, la production des usines ne peut pas rester figée », lance Jocelyn Peynet, directeur France d'Universal Robots

L'exposition virtuelle de cobotique "We are Cobots" organisée par Universal Robots, vient d'ouvrir ses portes. 6000 visiteurs sont attendus en ligne pour découvrir les nouveautés du roboticien danois.  Au programme des démonstrations : plus de flexibilité et de polyvalence des équipements. Une tendance que les récentes applications de la robotique collaborative dans le cadre de la lutte contre le covid-19 n'ont fait qu'accentuer, selon Jocelyn Peynet, directeur France d'Universal Robots

Partager
« En temps de crise, la production des usines ne peut pas rester figée », lance Jocelyn Peynet, directeur France d'Universal Robots

Industrie & Technologies : Aujourd’hui démarre l’événement « We are Cobots », un salon virtuel dédié à vos produits et aux applications collaboratives. Quelles sont les principales tendances technologiques présentées ?

Jocelyn Peynet : Nous avons beaucoup de développements en cours pour rendre nos équipements encore plus polyvalents. Par exemple, il y a une tendance à associer les cobots avec la robotique mobile. Nous avons une relation privilégiée avec la société MIR (Mobile Industrial Robots) [société appartenant au groupe américain Teradyne, également propriétaire d’Universal Robots, ndlr], qui construit des AMR (robots mobiles autonomes) très performants. A l’occasion de « We are Cobots », l’un de nos partenaires intégrateurs viendra présenter une solution combinant les deux types de robots. C’est une application qui trouve de plus en plus d’écho dans les secteurs automobile et l’aéronautique.

Par ailleurs, nous avons une vingtaine de partenaires dans le domaine des préhenseurs qui exposeront leurs technologies. Dans ce domaine la tendance s’oriente vers des outils en bout de bras de plus en plus polyvalents, capables par exemple de prendre des pièces différentes avec un même préhenseur.

Nous avons aussi des partenaires qui développent des solutions d’intelligence artificielle pour nos cobots. Cela concerne plus particulièrement les opérations de dévraquage (« Bin picking »). L’IA permet d’optimiser la trajectoire du bras et récupérer tout un tas d’objets placés

Quelles sont les développements du côté d’Universal Robots ?

De notre côté nous renforçons la facilité d’intégration de nos cobots dans les usines, en proposant des « kits » clé en main pour certaines applications, directement implémentés dans notre logiciel. Par exemple, si un industriel veut rapidement mettre en place un poste de ponçage ou de soudage robotisé, nous lui fournissons l’ensemble des équipements adaptés à la tâche, ainsi que des paramètres logiciels adaptés à ses besoins. « We are cobots » est l’occasion de montrer cette approche par applications.

Vos solutions ont-elles vocation à remplacer des robots traditionnels pour apporter plus de flexibilité ?

Pour le moment, nos cobots sont utilisés davantage dans de nouvelles applications, plutôt qu’en remplacement des robots traditionnels, déjà largement implantés dans les usines. Notre objectif est avant tout d’automatiser des mouvements manuels et très répétitifs. Mais il est vrai que nos équipements montent en gamme : notre dernier modèle (UR16) possède une charge maximale de 16 kg, ce qui lui permet de remplir des tâches exigeantes pour l’industrie. Nous avons de nombreux clients dans les PME intéressés par la facilité d’accès de nos solutions, mais les industriels à la recherche de souplesse dans leur production font de plus en plus appels à nos cobots.

De nombreuses applications robotiques ont été déployées pour aider dans la lutte contre le covid-19. Les cobots ont-ils été mis en avant ?

Effectivement, avec la crise sanitaire, de nombreux robots ont été utilisés sur le terrain, que ce soit directement en soutien à la population, en protection du personnel soignant, ou en renfort dans les usines. Cela a donné une visibilité nouvelle à ces solutions. Les interactions hommes-robots, concept au cœur de la robotique collaborative qu’Universal Robots porte depuis sa création, ont joué un rôle important. Par ailleurs, la crise liée au covid-19 a montré la grande capacité d’adaptation des robots collaboratifs. La mise en place d’une cellule robotique traditionnelle prend plusieurs semaines, afin de mettre en place les éléments de sécurité, alors que les cobots peuvent répondre à l'urgence. Ils sont conçus conçus pour être faciles d’accès et rapidement opérationnels. Ce sont les idées que nous mettons en avant depuis des années.

De quelles manières vos cobots ont-ils été utilisés sur le terrain ?

Les approches ont été très inventives. Par exemple, en Chine, une université a mis un bras Universal Robots sur un robot mobile pour réaliser certaines tâches médicales, pour protéger les infirmiers. Le bras permettait d’ausculter à distance un patient et donc de limiter l’exposition du personnel soignant au virus.

L’industrie a également fait preuve d'une grande réactivité et a mis en place des solutions innovantes grâce aux cobots. En temps de crise, la production des usines ne peut pas rester figée, et certains industriels ont pu reconvertir rapidement leur outil de production grâce à la robotique collaborative. En Espagne, l’usine SEAT située à Martorell, près de Barcelone, a réorienté en quelques semaines sa production et a produit près de 300 respirateurs par jours pendant la période du confinement. Elle a pu y parvenir en reconfigurant ses cobots UR10 pour qu’ils effectuent des opérations de tests sur ces nouveaux produits. Cette flexibilité de la production, qui est impossible à atteindre avec les cellules robotiques traditionnelles, devient un critère important dans les usines, même en dehors du contexte de crise sanitaire.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Chargé d'Affaires Conformité Machines (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

77 - Nemours

Entretien et dépannage des logements (vacants/occupés) et des parties communes sur le patrimoine de Val du Loing Habitat

DATE DE REPONSE 09/09/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS