Economie

En santé et cosmétique, Ubifrance aide les PME à homologuer leurs produits 

, , ,

Publié le

D’ici trois ans, une cinquantaine de PME devraient profiter du dispositif ciblé sur cinq pays porteurs. Les pouvoirs publics espèrent générer 100 millions d’euros d’exportations supplémentaires.

En santé et cosmétique, Ubifrance aide les PME à homologuer leurs produits © Aguettant

Pour redresser le déficit commercial rapidement, mieux vaut s’appuyer sur les points forts de l’économie du pays. Le secteur de la santé en est un. Cette année, le secteur a dégagé le troisième excédent commercial de la France. Mais comment aider les PME de la cosmétique ou des dispositifs médicaux à exporter encore davantage ?

"C’est un secteur très dynamique mais composé à 95 % de PME, contre 75 % des entreprises de la santé en Suisse par exemple. Or ces petites entreprises n’ont pas la trésorerie pour aller à l’export sur les marchés les plus dynamiques des BRICS", reconnaît Fleur Pellerin, la secrétaire d’Etat au commerce extérieur. 

Ubifrance au chevet des PME de la santé

Pour doper les ventes de la cosmétique, de la santé et du dispositif médical, Ubifrance doit aider à partir de septembre les PME dans leurs procédures d’homologations au Brésil, en Chine, en Inde, en Russie et aux Etats-Unis. Car si les PME sont très présentes à l’export en Europe, l’accès au marché des grands émergents est plus difficile du fait des réglementations. 

"Les démarches sont longues et souvent coûteuses. Trop peu d’entreprises ont la capacité financière d’homologuer leurs produits", regrette Henri Baïssas, le directeur général adjoint d’Ubifrance. Les démarches pour enregistrer des produits peuvent varier de 100 000 euros en moyenne pour les produits cosmétiques à 300 000 euros dans les dispositifs médicaux et bien plus dans la pharmacie. Un fonds de 4,4 millions d’euros, abondé par le programme des Investissements d’Avenir financera 50 % des dépenses d’homologation engagées par les PME jusqu’à 200 000 euros sous forme d’avances remboursables. 

100 000 millions d’euros d’exportations d'ici 2017

Un comité de pilotage doit sélectionner les premiers dossiers en septembre. Ubifrance devrait aussi jouer le rôle d’ "ensemblier" en recensant les bons prestataires dans chaque pays et en accompagnant les entreprises dans leurs démarches. Le dispositif ne se limite pas au conseil.

D’ici la fin de l’année, Ubifrance entend accompagner cinq entreprises, qui ont déjà une expérience à l’international et une part significative de fabrication en France. Une cinquantaine de PME devraient être concernées d’ici 2017. "Nous espérons un fort taux de réussite avec 3 PME sur 4 qui réussiront à s’implanter sur ces marchés", estime Henri Baïssas, qui attend 100 millions d’euros d’exportations supplémentaires du secteur de la santé d’ici 2017 grâce au dispositif "Export+ santé cosmétique"

Les entreprises l’espèrent aussi. "En dehors des Etats-Unis, où les freins réglementaires sont limités, ce dispositif va être un élément déclencheur d’opérations dans la cosmétique, sachant que beaucoup de PME mènent déjà des actions à l’export", estime Patrick O’Quinn, le président de la fédération de la cosmétique Febea, qui participe avec les fédérations professionnelles du Leem, du Snitem et du G5 santé au comité de pilotage.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte