En route vers un univers aux rendements plus faibles, selon Lyxor AM

PARIS (Reuters) - L'année 2021 devrait être globalement favorable aux actifs risqués avec la sortie de la crise sanitaire mais les investisseurs ne s'en dirigent pas moins vers un univers dans lequel les rendements seront structurellement plus faibles, dit-on chez Lyxor Asset Management.
Partager
En route vers un univers aux rendements plus faibles, selon Lyxor AM
L'année 2021 devrait être globalement favorable aux actifs risqués avec la sortie de la crise sanitaire mais les investisseurs ne s'en dirigent pas moins vers un univers dans lequel les rendements seront structurellement plus faibles, dit-on chez Lyxor Asset Management. /Photo prise le 19 octobre 2020/REUTERS/Aly Song

"Il y aura un retour cyclique à la normalité l'an prochain mais ensuite, on converge vers un environnement de croissance très modeste avec des taux qui vont demeurer très bas pendant très longtemps", a déclaré mercredi Florence Barjou, directrice des investissements pour la filiale de gestion d'actifs de Société Générale, lors d'une conférence en ligne.

"On a sauvé l'économie aujourd'hui mais cela va se faire au prix de rendements anticipés futurs pour les classes d'actifs traditionnelles qui vont être plus faibles que ceux que l'on a connus au cours des années passées", a-t-elle ajouté.

Une performance réduite avec des risques et une volatilité plus importants imposera aux investisseurs de diversifier leurs portefeuilles et de se montrer sélectifs, a-t-elle dit.

En vue de 2021, Lyxor repondère les actifs risqués dans ses portefeuilles, adopte un positionnement neutre sur le crédit en raison de rendements plus faibles que ceux des actions et réduit son exposition aux valeurs refuge comme les obligations souveraines, le dollar et l'or.

"Nous sommes bien conscients que nous pourrions encore avoir à court terme des nouvelles négatives sur le front de la crise sanitaire et de la croissance mais nous considérons que nous avons suffisamment d'éléments fondamentaux positifs pour pouvoir mettre en place une exposition plus positive pour l'année prochaine", a expliqué Florence Barjou.

Les actions décotées de qualité ("value"), qui ont énormément souffert de la crise, offrent des perspectives de rattrapage mais il est trop tôt pour un repositionnement marqué sur ce segment, réputé pour surperformer les valeurs de croissance sur le long terme, a-t-elle ajouté.

(Patrick Vignal, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS