Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

En ratifiant l’accord de Paris, l’Europe revient dans la course climatique

Ludovic Dupin , ,

Publié le , mis à jour le 04/10/2016 À 15H37

Dans le cadre d’une procédure accélérée, les pays de l’Union européenne autorisent le parlement à signer l’accord de Paris. Ce mardi 4 octobre, Bruxelles a approuvé cet accord. Le Vieux continent est le dernier des grands émetteurs de gaz à effet de serre à s’engager après la Chine, les Etats-Unis et l’Inde.

En ratifiant l’accord de Paris, l’Europe revient dans la course climatique

Un an après la COP 21, le Parlement européen a approuvé l'accord de Paris, ouvrant ainsi la voie à sa mise en place. Réunis vendredi 30 septembre, les ministres de l’Environnement de l’Union européenne avaient autorisé la Parlement européen à ratifier l’accord de Paris, obtenu en décembre 2015 lors de la COP21. Jusqu’à maintenant seulement six pays avaient signé cet accord (Allemagne, Autriche, France, Hongrie, Malte, Slovaquie), mais seule la signature de l’Union vaut.

Cette procédure accélérée intervient alors que l’Europe, qui est pourtant leader depuis plus de vingt ans sur le changement climatique,  a pris du retard. En effet, pour entrer en vigueur, l’accord de Paris doit être signé par 55 pays comptant au moins pour 55 % des émissions de gaz à effet de serre de la planète. Or, avec les signatures de nombreux pays, en particulier des Etats-Unis et de la Chine lors du G20 à Hangzhou en Chine le 4 septembre dernier puis de l’Inde le 2 octobre, l’Accord de Paris va entrer en vigueur sans l’Europe.

Prendre part aux négociations

Les vingt-huit ont mis du temps à s’entendre sur la répartition de l’effort à faire pour baisser les émissions de CO2 du continent, à savoir diminution de 40 % des rejets d’ici 2030. Par exemple, la Pologne avec son secteur charbonnier très puissant veut des garanties de ne pas grever son économie. A l’inverse, les pays les plus vertueux notamment dans le nord ne veulent plus payer pour les autres.

Des négociations restent à venir entre les pays membres. Mais au moins avec cette décision, l’Union européenne pourra pleinement participer aux décisions qui seront prise lors de la COP22 qui se tiendra à Marrakech au Maroc du 7 au 18 novembre prochain.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/10/2016 - 16h24 -

En dehors de montagnes de petits fours et d'hectolitres de champagne consommés qui auront fait travailler quelques maisons choisies pour leur compréhension, il est permis de douter que ce vaux de ville entre soi, ait permis autre chose que la distraction temporaire de gens insignifiants, la promotion de personnages désuets en perte de vitesse, et l'occupation de nombreux de pisse copie qui auront reçu un training de bonne langue de bois. "Ce n'est pas grave c'est L’État qui paye".
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle