En rachetant CGG, Technip veut aller du réservoir de pétrole jusqu’au raffinage et à la chimie

Absent du secteur de la géophysique, Technip souhaiterait acquérir CGG, spécialiste français de la sismique. Le parapétrolier français pourrait alors proposer des offres globales à ses clients… une tendance générale dans le monde parapétrolier en pleine consolidation.

Partager

En rachetant CGG, Technip veut aller du réservoir de pétrole jusqu’au raffinage et à la chimie

Le 10 novembre, le PDG Pilenko se jette à l’eau. Après un plan mûri des années dans sa tête et depuis des mois par ses équipes, il porte en mains propres chez CGG une offre de rachat du spécialiste de la sismique. Elle s’élève à 1,5 milliard d’euros. L’information est rendue publique le 20 novembre. Technip explique alors dans un communiqué que ce rapprochement se fait en vue "de créer un acteur mondial de premier rang dans les services parapétroliers (…) Ce projet porte sur l’intégration et le développement au sein de Technip des activités de réservoir et de traitement de données, ainsi que d’équipements sismiques de CGG".

Vers un acteur intégré

Plus laconique, CGG y répond: "CGG confirme avoir été approché de manière non sollicitée par Technip en vue d'un rapprochement potentiel. CGG a considéré que les conditions n'étaient pas réunies pour y donner suite". Une réponse qui implique que de fermes négociations vont s’engager sous le regard attentif de l’Etat français, important actionnaire des deux groupes. Ce dernier est même le premier actionnaire de CGG avec près de 10 % du capital à travers l’IFPEN et le FSI.

Pour Technip, il s’agit d’acquérir une activité dont il est absent : la géophysique. Le groupe parapétrolier est présent dans la conception, l’ingénierie et la construction d’équipements à terre, en mer et sous l’eau pour la production de pétrole et de gaz. Il est également un ingénieriste et contacteur important pour le raffinage et la chimie. "Aujourd’hui, Technip est présent de la tête de puits à la transformation de la molécule. Nous voulons maintenant intégrer les réservoirs géologiques en plus", résume-t-on en interne chez Technip. En réalité, Technip y a déjà une petite place avec sa filiale Genesis qui participe à l’architecture du développement des réservoirs.

Le patron de Technip, fin connaisseur de la géophysique

En acquérant CGG, Technip mettrait la main sur trois activités. Premièrement : la caractérisation de réservoirs d’hydrocarbures par des techniques sismiques. Cette activité serait complémentaire avec Genesis pour fournir une offre globale. Deuxièmement : Sercel, la filiale de fabrication d’équipements de mesures de CGG. Des hautes technologies qui pourraient venir s’intégrer sur les plates-formes et les pipelines de Technip. Troisièmement : une flotte de bateaux dont Technip se séparerait à terme.

Pour le patron de Technip, c’est loin d’être un saut dans l’inconnu. L’ingénieur géologue a dirigé plusieurs sociétés de géophysique à commencer par l’américain Veritas dont il a été PDG et Schlumberger GeoQuest dont il a été président. Même si la caractérisation des réservoirs n’est pas - encore - un métier de Technip, Thierry Pilenko ne rate jamais une occasion de décrire avec passion les particularités et enjeux de la caractérisation des sous-sols pour la recherche d’hydrocarbures.

L’offre de Technip sur CGG intervient dans un contexte de restructuration du monde parapétrolier. "Le rachat de Baker Hughes par Haliburton la semaine passée prouve qu’une consolidation du secteur est lancée. Ce timing nous donne raison". Des opérations de même nature sont d’ailleurs également en cours chez des acteurs norvégiens, britanniques, espagnols ou danois.

Ludovic Dupin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS