En pleine tourmente, ArianeGroup change de tête

André-Hubert Roussel succède à Alain Charmeau au poste de président exécutif d’ArianeGroup. La société, qui vient d'annoncer 2 300 suppressions de postes, a confirmé le calendrier du futur lanceur européen Ariane 6 avec un premier tir en 2020.

Partager
En pleine tourmente, ArianeGroup change de tête
L'Europe spatiale et Ariane Group comptent sur le futur lanceur Ariane 6 pour être compétitifs face à SpaceX.

Y-a-t-il le feu au lac chez ArianeGroup? Après avoir annoncé 2 300 suppressions de postes d’ici 2022 le 13 novembre dernier, le groupe vient d’annoncer le départ de son numéro un, Alain Charmeau. Il laissera les rênes le 1er janvier 2019 à André-Hubert Roussel, 53 ans, actuel directeur des opérations d’Airbus Defence and Space, la filiale d’Airbus en charge des activités de défense et d’espace.

Agé de 62 ans, Alain Charmeau fera valoir ses droits à la retraite après une période de transition avec son successeur. Selon son entourage, il aurait préféré passer la main maintenant plutôt que de rester en poste jusqu’en 2023, année où Ariane 6, le futur lanceur européen en cours de construction, aura totalement remplacé Ariane 5.

Un départ qui surprend

Cette annonce a de quoi surprendre. Alain Charmeau a présidé ArianeGroup depuis sa création en 2014 regroupant près de 9 000

personnes. Alors nommé Airbus Safran Launchers, le groupe a été constitué en réunissant les actifs spatiaux de ses deux actionnaires, Airbus alors maître d’œuvre industriel d’Ariane et Safran son motoriste. En quelques années, ce vétéran du secteur spatial civil et militaire a imposé ArianeGroup comme l’acteur spatial européen de référence en récupérant au CNES le rôle d’autorité de conception du lanceur et en absorbant Arianespace en charge de la commercialisation des lanceurs européens.

A LIRE AUSSI

"Les coopérations spatiales sont un outil formidable de diplomatie économique", confie Jean-Yves Le Gall du CNES

Ce faisant, il comblait en partie le fossé avec son concurrent américain SpaceX capable de casser les prix grâce à son organisation industrielle tout-intégrée. En octobre dernier, Alain Charmeau avait accueilli les journalistes sur le site des Mureaux (Yvelines) réaffirmant que le programme Ariane 6 était toujours à l’heure pour un premier vol en 2020. Son départ n’avait pas été évoqué.

A LIRE AUSSI

SpaceX décroche l'autorisation de lancer 7000 satellites supplémentaires pour son projet Starlink

Une période de transition

En interne, on insiste toutefois sur la transition en douceur à venir entre les deux dirigeants. Alain Charmeau assurera une période de transition en tant que conseiller spécial auprès de son successeur. André-Hubert Roussel a l’avantage de faire déjà partie de la maison et de bien connaître l’industrie des lanceurs. Membre du conseil d’administration d’ArianeGroup, il est depuis juillet dernier directeur des opérations d’Airbus Defence and Space. Il sera remplacé à ce poste par l'airbusienne Barbara Bergmeier, 50 ans, le 1er décembre prochain.

André-Hubert Roussel a occupé le poste dès 2014, de directeur des programmes de lanceurs d'Airbus. Son expérience lui sera nécessaire face aux défis qui l’attendent. Sur le plan social, il devra mener à bien le plan des 2 300 suppressions de postes d’ici 2022 annoncées mi novembre lié au ralentissement du marché des satellites et aux objectifs de compétitivité. Les syndicats s’opposent à cette décision. "En effet, les deux projets majeurs en cours (Ariane 6 et M51.3, activité liée à la dissuasion nucléaire) vont nécessiter sur cette fin d’année 2018 et en 2019 un maximum de ressources pour poursuivre le développement et honorer nos engagements", a rétorqué la CFDT à la direction.

Sur le plan commercial, le nouveau PDG devra convaincre ses grands clients européens institutionnels (agence spatiale européenne, états membres…) de tenir leurs promesses et de commander 5 vols d’Ariane 6 par an pour garantir son équilibre financier. Sur le plan industriel, André-Hubert Roussel doit s’assurer que la fusée sera bien prête pour un premier tir en 2020 avec des coûts de production réduits de 40 à 50% par rapport à Ariane 5. L’échec n’est pas une option. L’Europe spatiale joue son avenir face aux nouveaux acteurs américains (SpaceX, BlueOrigin) mais également chinois, russes et indiens.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Aéro et Défense

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS