En plein essor, Stelia Composites investit et crée 150 emplois en Gironde

Stelia Composites, la filiale de Stelia Aerospace qui fournit des cockpits et des sous-ensembles à Airbus, monte en puissance et embauche à Salaunes (Gironde).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

En plein essor, Stelia Composites investit et crée 150 emplois en Gironde

Conforté depuis la fusion Sogerma-Aerolia comme centre d'excellence du groupe Stelia Aerospace dans les sous-ensembles composites de petites et moyennes dimensions, Stelia Composites, qui emploie 710 salariés à Salaunes dans le Médoc, en Gironde, change de braquet. Ainsi, le nombre de pièces produites chaque mois pour l'A350 est passé de 1 000 à 8 000. Résultat, son chiffre d'affaires devrait atteindre 75 millions d'euros cette année, soit une croissance de 30 %.

C'est l'un des maillons essentiels dans la chaîne de production des Airbus. L'entreprise, dirigée par Thierry Cloutet, fabrique des éléments de cockpit pour toute la gamme, mais aussi des sous-ensembles d'aérostructures telles que les trappes des trains d'atterrissage de l'A320.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Une montée en puissance, qui s'est traduite par des embauches et la création d'une cellule de recrutement. Ces derniers mois, 90 personnes ont été embauchées en CDI à de multiples postes : opérateurs de production, ingénieurs au bureau d'études, aux services supports achat ou encore à la qualité.

En outre, ses sous-traitants, installés sur son site, ont eux-mêmes créé une cinquantaine d'emplois.

5 millions d'euros d'investissement

Stelia Composites rénove huit de ses seize bâtiments et va construire un autre atelier, dédié aux services techniques d'ici à la fin de l'été. D'autre part, pour gagner en productivité, un robot de dépose automatique de nappes de carbone a été acquis en mai. Dans le même sens, un nouveau centre d'usinage cinq axes et une machine de découpe automatique arriveront dans les prochaines semaines. Une montée en régime de l'outil de production, qui a nécessité 5 millions d'euros d'investissement au total.

Nicolas César

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS