En perte au premier semestre, l'équipementier automobile Faurecia revoit ses prévisions

L'équipementier automobile français Faurecia a fait état lundi 27 juillet d'une forte baisse de ses résultats semestriels, impactés par l'épidémie de coronavirus. Mais il prévoit un rebond de son cash flow net au second semestre grâce à ses mesures d'économies.

Partager
En perte au premier semestre, l'équipementier automobile Faurecia revoit ses prévisions
Les résultats de Faurecia au premier semestre ont été impactés par l'épidémie de coronavirus.

A l'instar de toute l'industrie automobile, le Français Faurecia a fait état lundi 27 juillet d'une forte baisse de ses résultats semestriels, impactés par l'épidémie de coronavirus. L'équipementier automobile, spécialisé dans les sièges, le cockpit et la dépollution des voitures, a vu son chiffre d'affaires chuter de 31,2% sur les six premiers mois de l'année, à 6,17 milliards d’euros. Il a enregistré une hémorragie de cash flow net de 1,045 milliard d'euros à cause de l'arrêt général de la production de véhicules. Son résultat opérationnel est négatif, de -114 millions d’euros (contre un résultat positif de 645 millions d'euros au premier semestre 2019), incluant 20 millions d’euros de coûts non récurrents liés au Covid-19.

A LIRE AUSSI

Total, Engie, CMA CGM, Faurecia, Schneider et Michelin alliés pour inventer l’énergie des transports de demain

Des mesures d'économies pour redresser la trésorerie

Le groupe, qui est parvenu malgré tout à engranger 12 milliards d'euros de prises de commandes au premier semestre, compte renouer au second semestre avec un cash flow net de 600 millions d'euros grâce à la poursuite de la restructuration de ses sites industriels, de la flexibilisation de ses coûts de main-d'oeuvre et du contrôle de ses frais généraux et administratifs.

L'équipementier rappelle les mesures prises au premier semestre. "Faurecia a tiré 600 millions d’euros sur sa ligne de crédit syndiqué de 1,2 milliard d’euros, a signé un nouveau Club Deal de 800 millions d’euros et a étendu son programme d’affacturage à l’activité SAS récemment intégrée. En outre, le Conseil d’administration a pris la décision, approuvée par les actionnaires lors de la récente Assemblée générale annuelle, d’annuler le dividende de 2020."

A LIRE AUSSI

Faurecia annule son dividende au titre de l'année 2019

Pour le second semestre, il annonce "continuer à optimiser son empreinte industrielle avec un budget de restructuration d’environ 230 millions d’euros pour l’exercice (contre 132 millions d’euros en 2019, hors Clarion). Flexibiliser ses coûts de main-d’œuvre directs et indirects, de fabrication et de R&D ainsi que contrôler strictement ses frais généraux et administratifs. Accélérer les programmes mondiaux d’optimisation des coûts."

Il prévoit au second semestre des ventes d’environ 7,6 milliards d’euros (avec une hypothèse de baisse de la production automobile mondiale d’environ 15 % durant la période).

De nouvelles hypothèses de production automobile

En conséquence de la crise de la Covid-19, les nouvelles hypothèses relatives à la production automobile mondiale à moyen terme de Faurecia sont revues à la baisse. Pour "2020 : environ 64 millions de véhicules (environ -25 % par rapport aux 85 millions de véhicules produits en 2019). 2022 : entre 76 et 85 millions de véhicules (contre 87 millions de véhicules estimés avant la crise de la Covid-19). 2024 : entre 85 et 91 millions de véhicules." Ces hypothèses "supposent un retour de la production automobile mondiale au niveau pré-Covid de 85 millions de véhicules produits en 2019, entre 2022 et 2024", précise l'entreprise.

Faurecia confirme "l’ambition de rentabilité et de génération de trésorerie pour 2022 avec des perspectives de ventes revues en baisse. Il espère atteindre alors "une marge opérationnelle à 8 % des ventes et de cash-flow net à 4 % des ventes, avec des ventes supérieures à 18,5 milliards d’euros (dans un marché mondial désormais estimé à 82 millions de véhicules, encore inférieur à 2019)".

avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Blandine Hénault)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Auto et Mobilités

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Ingénieur Sûreté de Fonctionnement - Assurance qualité Logiciel (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 26/07/2022 - CDI - La Défense

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS