Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

En Nouvelle-Calédonie, fermeture et suspension pour la filiale minière d'Eramet, SLN

, , ,

Publié le , mis à jour le 10/09/2018 À 11H23

En Nouvelle-Calédonie, après avoir annoncé, mi-août, la fermeture de son site de Kouaoua, bloqué par des manifestants, la Société Le Nickel (SLN) a fait savoir qu’elle avait reçu le 30 août un arrêté de suspension des travaux préparatoires aux trois nouveaux gisements, des autorités de la province du Nord. L’avenir de la société est aussi en jeu.

En Nouvelle-Calédonie, fermeture et suspension pour la filiale minière d'Eramet, SLN
Les mines de SLN, la Societe le Nickel, en Nouvelle Caledonie DESCENT DE MINERAIL MOUNTAIN A BATEAU
© D.R.

Sale temps pour la SLN (Société Le Nickel). Filiale du groupe français Eramet, la SNL a annoncé avoir reçu le 30 août, "un arrêté de mesures d’urgence exigeant la suspension des travaux préparatoires à l’ouverture de trois nouveaux gisements à Kouaoua, lesquels avaient fait l’objet d’un arrêté d’autorisation d’exploiter délivré le 21 mars 2018". La SLN a précisé qu’elle se mettra en conformité avec "les prescriptions imposées".

Cet arrêté d’urgence n’est que la conséquence d’une situation qui se dégrade et qui avait déjà poussé la SLN a annoncé la fermeture,

le 14 août, de son centre minier de Kouaoua. Depuis avril 2018, le site a été la cible de dix incendies et des barrages bloquants les accès ont été érigés par une cinquantaine de jeunes kanaks qui s’opposent à l’ouverture de nouvelles mines pour des raisons environnementales. Ces jeunes sont en conflit avec la SLN mais également avec les autorités coutumières qui ont donné leur accord pour l’ouverture de ces trois mines (Mont-Calm, Chêne-Gomme et Newco).

Pas de plan B

Après cet arrêté d’urgence, "la SLN procède à une évaluation des impacts de cette décision sur l‘activité du site, ses salariés et ses partenaires à Kouaoua et sur ses autres mines, et sur la survie de l’Entreprise", détaille le communiqué de la société, qui affirme ne pas avoir de plan B.

La SLN, après la fermeture du site le 15 août, a engagé une procédure de chômage partiel pour le personnel qui n’a pas pu être réaffecté sur d’autres sites et pour les sous-traitants, la force majeur a été déclarée. Au total, 400 emplois sont concernés.

Les conséquences ne se limitent pas à l’exploitation minière mais affecteront bien sûr l’approvisionnement en nickel de l’usine de Doniambo, à Nouméa. Le site de Kouaoua représente une production annuelle d’environ 600 000 tonnes par an, sur les trois millions de tonnes raffinées dans l’usine. En outre, ces nouveaux gisements devaient couvrir 40% de la production de Kouaoua.

Les échanges entre les différentes parties prenantes se poursuivent et une réunion extraordinaire du Comité central d’entreprise de la SLN est programmée à Nouméa le 10 septembre afin de faire le point sur la situation avec les représentants du personnel.

"La SLN a déjà dépensé 200 millions de francs CFP (1,7 million d’euros) pour la réparation et la sécurisation du convoyeur et subit une perte de production estimée à 11 millions de francs CFP par jour (92000 euros)", selon le journal Les Nouvelles calédoniennes. Après six années de pertes financières, la SLN s’inquiète pour son avenir.

Sylvie Rantrua

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle