En Maine-et-Loire, la chaussure perd encore des emplois

Social

Partager


Nouveau coup de tabac annoncé dans le secteur de la chaussure en Maine-et-Loire : lundi 26 avril, deux sociétés du groupe Pindière se sont déclarées en cessation de paiement. Le tribunal de commerce d'Angers tranchera sur leur sort mercredi 28 avril. Basée à La Tessouale, Barbault est menacée de liquidation judiciaire selon les syndicats. L'entreprise qui emploie 77 personnes fabrique de la chaussure haut de gamme pour enfants. Ses difficultés financières étonnent d'autant plus le personnel que ce marché est l'un des plus porteurs. A Saint-Macaire-en-Mauges, Pindière SA perdrait entre 120 et 130 de ses 430 emplois selon les estimations des représentants du personnel. Cette entreprise est spécialisée dans la chaussure pour femmes.
Le groupe Pindière qui emploie encore près de 750 personnes dans l'Ouest enregistre une baisse de ses commandes d'environ 20 % sur la collection hiver 2004/2005. Entre plans sociaux à répétition et valse de ses dirigeants, il semble incapable de sortir d'une situation de crise qui s'éternise. Seule sa filiale Samson, à Saint-Léger-sous-Cholet (200 salariés) qui fabrique des chaussures confort pour femmes, tire encore son épingle du jeu.
A La Chapelle-Saint-Florent, c'est le groupe sarthois Plastigom, dirigé par Hubert de Chaisemartin, qui annonce un plan social qui touchera 76 des 177 salariés de Chéné-Vincent (chaussures pour femme moyenne gamme). Là encore, le dirigeant invoque une baisse d'environ 18 % de son carnet de commandes. Dans les trois cas, les postes supprimés concernent essentiellement des emplois féminins.
Jacque le Brigand

Partager

NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS