En Islande, on transforme le gaz carbonique en roche

Le captage de CO2, le gaz carbonique, dans des couches géologiques pose des problèmes de coûts et de fuites. En se concentrant sur des sols basaltiques, il est possible de faire précipiter le CO2 sous forme de roche calcaire et de le stocker de manière sûre.

Partager

En Islande, on transforme le gaz carbonique en roche

Le captage et le stockage dans des réservoirs géologiques profonds du CO2, relâché dans l’atmosphère par l’activité humaine en particulier par l’industrie, est une des solutions clés pour lutter contre le réchauffement climatique. Mais cette technologie n’est pas parfaite car, en cas de micro-tremblements de terre, le CO2 finit par se libérer. Par ailleurs, elle est extrêmement coûteuse. Une équipe internationale de chercheurs, coordonnée par l’université de Southampton, en Angleterre a trouvé une solution, publiée dans la revue scientifique Science.

En 2012, ils ont capté 230 tonnes de CO2 émis par une usine. Celui-ci a été dilué dans de l’eau puis injecté dans d’anciens puits creusés à environ 500 mètres de profondeur dans du basalte, une roche volcanique très présente en Islande. Cette dernière, riche en en calcium, magnésium et fer, a permis d’accélérer la précipitation du carbone sous forme de roches calcaires. L’opération, qui prendrait normalement plusieurs centaines d’années, a demandé ici seulement deux ans. La roche résultante, quant à elle, restera en l’état pour l’éternité.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

De nombreux avantages, quelques défauts

Cette technologie présente plusieurs avantages. Le basalte est une roche très présente dans les sous-sols de la planète, elle recouvre environ 10 % des continents affirment les chercheurs. Par ailleurs, les coûts sont considérablement réduits car, d’une part, le gaz n’a pas à être injecté sous très haute pression et, d’autre part, le stockage n’a pas à être surveillé pour guetter une éventuelle fuite. Mais la solution soulève une question, l'utilisation d’importants volumes d’eau, une ressource rare dans certaines régions du monde.

Ludovic Dupin

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS