Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[En images] Une vingtaine de bâtiments industriels dans la liste du Loto patrimoine de Stéphane Bern

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le

Vu sur le web Plusieurs sites industriels se trouvent dans la liste des bâtiments  français à restaurer établie par Stephane Bern. Sur les 250, une centaine bénéficieront d'une aide grâce au Loto spécial des journées du patrimoine. 

Le Point a publié la liste des 250 monuments pré-sélectionnés, éligibles aux fonds débloqués par le Loto du patrimoine, proposé par Stephane Bern. Sur une liste de plus de 2000 demandes de restaurations, seulement une centaine va bénéficier des fonds. Un ticket à gratter de 15 euros sera en vente à partir du 3 septembre. Un loto spécial est également programmé le 14 septembre. On y trouve dans la sélections des églises, châteaux, grottes, moulins... et une vingtaine de bâtiments appartenant au patrimoine industriel français. 

Bourgogne-Franche-Comté

La grande forge de Buffon construite au XVIIIème siècle. © CC Wikimedia/Marc Ryckaert

La grande forge de Buffon (Côte d'or) fête cette année ses 250 ans. Edifiée par le Comte de Buffon en Bourgogne-Franche-Comté, "c'est la première fois que les trois étapes de la production de fer se font dans la même usine, mais dans des lieux bien distincts", explique le site. Le lieu est séparé en deux : une partie industrielle et une partie domestique. 

 

Les puits Hottinguer à Epinac © CC Wikimedia/Bourgeois.

Situés dans la même région, les puits Hottinguer (Saône-et-Loire) ont été achevés en 1876. Le site avait conçu un "système d'extraction atmosphérique par piston" permettant de descendre à 618 mètres afin d'extraire du charbon. Avec une tour carrée, des baies à arcs en plein cintre, des oeils-de-boeuf d'origine, le bâtiment est aujourd'hui un vestige architectural complexe d'Epinac "dans une situation critique". 

La remise aéronautique de l'aérodrome de Besançon-Thise (Doubs) aurait besoin de plus de deux millions d'euros de travaux. "Ce type de hangar est devenu rare", indiquent les Monuments historiques qui ont classé l'aérodrome. Construit dans les années 1920, l'objectif était de développer la pratique de l'aéronautique de loisir. Selon leurs recherches, "en 1932, deux aviateurs, Jacques Weinmann et Louis Bigeasson, fondent l'aéroclub du Doubs, lequel est doté de deux hangars métalliques. Après la guerre, l'aéroclub put récupérer le hangar à avions de l'armée, seul subsistant." 

Bretagne

L'ancienne conserverie Alexis Le Gall de Loctudy (Finistère) produisait des conserves de sardines. Toutes les machines ont été conservées, correspondant aux différents stades de la production : étêtage, séchage, engrillage, emboîtage,... le bâtiment témoigne de toute une dynamique d'époque avec le laboratoire attenant à l'usine et la maison de maître. 

La Manufacture des tabacs de Morlaix (Finistère) a été classé aux Monuments historiques en 1997. Elle est la "seule manufacture d'Ancien Régime qui ait conservé de nos jours l'activité industrielle pour laquelle elle a été construite." Le bâtiment aurait été bâti entre 1736 et 1740. En tout quatre campagnes de construction ont eu lieu. 

Les hauts-fourneaux et l'ancienne cantine ouvrière des forges de Paimpont (Raphodon - Wikimedia CC)

Le patrimoine industriel de Bretagne ne s'arrête pas là. Les forges de Paimpont (Ille-et-Vilaine), ont été construites pour "l'affinage et l'étirage du fer". Conçue dans les années 1920, l'usine ferme à la suite d'un incendie soixante ans plus tard. 

Ile-de-France

C'est en Haute-Marne que s'installe la fonderie de Val d'Osne en 1936. Cette année, l'industriel Jean-Pierre-Victor André est autorisé à y établir "un haut-fourneau, un bocard à mine, et un patouillet pour la fabrication de la fonte moulée", selon les Annales des mines de 1936. La fonderie réalisait une importante production d'oeuvres d'art au XIXème siècle.

Poudrerie nationale de Sevran-Livry transformée en musée © CC Wikimedia/X-Javier

Le bâtiment a été construit sous Napoléon III, "voulant favoriser la production en France des poudres noires de mine destinées aux travaux publics et aux industries extractives". La poudrerie se situe au coeur d'un parc en Île-de-France. Cette zone a été choisie pour sa proximité avec Paris et le Canal de l'Ourcq. 

Hauts-de-France

La friche industrielle d'Harondel a été, à partir des années 1869, une usine de tissage de jute pour l'entreprise Saint Frères. Mais le site situé à Berteaucourt-les-Dames (Somme) a d'abord accueilli des moulins puis une scierie. Elle va être réhabilitée pour y implanter des logements et des équipements publics selon Le Point. 

Dans l'Oise, n'oublions pas le séchoir à os et à bois de l'ancienne fabrique de brosserie fine Commelin-Brenier, reconstruite après la guerre de 14/18. "Il fait partie d'un projet d'économie sociale et solidaire appelé Cité des brossiers. Il est appelé à devenir après sa restauration un lieu d'expositions, une salle de guinguette et une salle pour les jeux picards traditionnels", nous confie un lecteur de L'Usine Nouvelle.

Nouvelle-Aquitaine

L'arsenal de Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) est un lieu chargé d'histoire. La commune est une étape sur le chemin de Compostelle où Henri II d'Albret a fait construire des remparts en 1538. Puis, en 1680, l'arsenal est construit sur l'emplacement de l'ancienne maison des rois de Navarre. "Composé de trois corps de bâtiment, à trois étages, disposés en U autour d’une cour centrale, il pouvait abriter une quantité considérable d'armes et de munitions", selon la Fondation du Patrimoine. 

Le four à chaux à Benet (Vendée) a été classé aux Monuments historiques en 1994. Le four style Vauban est construit en 1873 devant la mine de Fay-Morceaux. Elle était accessible par un tunnel. 

Occitanie

L'ancienne tuilerie de Blajan (Haute-Garonne) est une usine mécanique à vapeur fondée en 1851. Son activité demeure jusqu'au début des années 1980, où près de 200 employés sont affectés à la nouvelle usine construite à une centaine de mètres de celle-ci. 

NORMANDIE

Les cheminées de l'affinerie des forges de Varenne © CC Wikimedia/Eponimm

Les forges de Varenne (Orne) ont servi à fabriquer du fer du XVIème au XIXème siècle. Le site fonctionnait grâce au charbon de bois et à l'énergie hydraulique. Aujourd'hui sont encore visibles le haut-fourneau, les forges d'affinerie, la fenderie, la maison de forgerons, les halles à charbon et à fer, la chapelle des forgerons et le moulin à céréales.

Pays de la Loire

Classée aux Monuments historiques, la rotonde de Montabon (Sarthe) a été construite en 1891. Le bâtiment présente un rare vestige de pont tournant qui a "gardé un embranchement direct aux voies du réseau ferroviaire", selon Le Point. A l'époque, l'Etat fit édifier une rotonde dans cette région à l'intersection de deux lignes : Paris-Orléans et Paris-Bordeaux.  

Provence-Alpes-Côte d'Azur

La forge et le four du quartier de la Fare se situent dans le village de la Roche de Rame (Hautes-Alpes). Pour la Fondation du Patrimoine, ce sont des éléments "témoins d’un passé riche en travaux artisanaux qui composaient l’animation économique du village". 

Marégraphe de Marseille © CC Wikimedia/ICE-Marseille

Construit sur la corniche de Marseille, le marégraphe de la ville a pour fonction de mesurer le niveau de la mer. L'observatoire permanent a été installé en 1884 par la Commission du nivellement général de la France. 

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

04/04/2018 - 19h50 -

Notre chère tête pensante préfère subventionner le système financier au détriment du patrimoine et des Français, franchement nous les avons sauves de la faillite, ils auraient pu faire un effort en fessant un geste même minime donc un pour la rénovation du patrimoine français. Mais non pas un centime de leur part en revanche verse des dividendes astronomiques au copain alors là pas de problème. Quand je pense cas une certaine époque, les riches familles, entreprises embellissait les villes où ils vivaient par des sculptures d'art, des fontaines, des monuments pour le prestige et aussi laisser une trace dans l'histoire, où est passer cette belle époque, aujourd'hui ils préfèrent embellir les beaux cahiers des paradis fiscaux.
Répondre au commentaire
Nom profil

03/04/2018 - 18h31 -

Devant tout ce patrimoine qui fout le camp et difficile à entretenir, pourquoi ne pas demander aux prisonniers de longues peines qu'on confine dans les prisons de participer volontairement à ces besoins de restauration ? En faisant un tri intelligent il serait sans doute possible de joindre l'utile, en échange de meilleures conditions de détention capables d'éliminer l'ennuie, source de tous les vices, à l'entretien des prisonniers ?
Répondre au commentaire
Nom profil

03/04/2018 - 15h55 -

Dans les Hauts-de-France, dans l'Oise, il ne faut pas oublier l'ancienne fabrique de brosserie fine, reconstruite après la guerre de 14/18 et son séchoir à os et à bois, unique en son genre. Ce séchoir est retenu parmi les 250 sites à restaurer en urgence. Il fait partie d'un projet d'économie sociale et solidaire appelé Cité des brossiers. Il est appelé à devenir après sa restauration un lieu d'expositions, une salle de guinguette et une salle pour les jeux picards traditionnels. Merci de l'ajouter à votre liste.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle