L'Usine Auto

[En images] Une Citroën CX pas comme les autres pour les clients de l’hôtel Crillon

Sylvain Arnulf , , ,

Publié le , mis à jour le 25/11/2019 À 11H38

Images Après avoir rhabillé de fond en comble une Citroën DS en 2017, l’architecte d’intérieur Tristan Auer a magnifié une CX Prestige de 1976. Les clients de l’hôtel Crillon peuvent l’utiliser (avec son chauffeur)  pour des balades dans Paris.  

[En images] Une Citroën CX pas comme les autres pour les clients de l’hôtel Crillon
La Citroën CX Prestige réservée aux clients de l'hôtel de Crillon.
© Amaury Laparra

A hôtel prestigieux, véhicule de courtoisie exceptionnel. L’hôtel de Crillon, réouvert en 2017 après une fastueuse rénovation, avait confié à l’architecte d’intérieur français Tristan Auer le soin de diriger la restauration d’une Citroën DS Pallas de 1973. Les clients de l’hôtel peuvent l’emprunter pour de courtes (mais inoubliables) balades dans la capitale.

Pour compléter sa collection, le palace a refait appel à l'architecte passionné d’automobile et collectionneur qui a créé, au sein de son agence, une division "car tailoring". Il a pris en charge la réinvention d’un autre véhicule iconique de Citroën : une CX Prestige Série 1 de 1978.. Le créateur a voulu, à travers ce projet, "mettre en avant les métiers d'art, l'artisanat de luxe, l'excellence et le savoir-faire à la française".

L’intérieur a été désossé, puis habillé avec des matériaux précieux - velours de mohair, cuir – sélectionnés par l’architecte, puis façonnés par les artisans sellier de l’équipe "car tailoring".

(Photos Amaury Laparra)

Les équipes de Citroën Heritage se sont chargées de la partie mécanique et peinture, avec une nouvelle couleur bleu marine intense pour la carrosserie. La rénovation de la grande routière a pris sept mois au total. Elle est à disposition des clients de l’hôtel depuis le 15 novembre.

Photos Amaury Laparra

Découvrez des images de sa transformation en vidéo

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/11/2019 - 18h10 -

C'est un modèle a toit rehaussé et motorisé par un 2,4 injection donc forcément sorti après 77. Probablement modèle 78 à 82. Pourquoi ne pas avoir remonté au moins les baguettes de haut de caisse façon DS Pallas ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte