[En images] Un artiste français imagine des loupes géantes pour changer de regard sur la Tour Eiffel

Imaginée par le Français Vincent Leroy, l'oeuvre "Les Grands Kaléidoscopes" propose d'installer des grands panneaux composés de lentilles sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris. En regardant au travers, il serait possible d'avoir une vision totalement défragmentée de la Tour Eiffel.

Partager
[En images] Un artiste français imagine des loupes géantes pour changer de regard sur la Tour Eiffel
Si elle se concrétise, l'oeuvre pourrait être installée sur l'esplanade du Trocadéro.

L'artiste français Vincent Leroy a imaginé une nouvelle œuvre interactive qui modifierait visuellement la perception de la Tour Eiffel. Baptisée "Les Grands Kaléidoscopes" elle pourrait, si elle devient réalité, être installée sur l'esplanade du Trocadéro, entre les deux bâtiments du musée.

Cette étrange structure tournante se compose de lentilles de Fresnel encapsulées entre plusieurs panneaux de verres de sécurité, ce qui créée un visuel kaléidoscopique et fragmenté de la Dame de fer. Ce genre de loupe géante fait également apparaître et disparaître la Tour Eiffel, au gré de ses tournoiements.

Une vision décomposée de la Tour Eiffel

L'installation donne l'impression de voir le monument sur le point de s'envoler. Elle décompose son architecture métallique et créée, au fil des tours, comme un nouvel assemblage. "La vision semble devenir perturbée, quasiment irréelle", décrit l'artiste dans un communiqué. "Cette installation nous interroge sur la réalité de notre vision : qu'est-ce qui est vraiment réel ? Tout semble nous plonger dans un univers onirique. Le flou devient un jeu énigmatique et intrigant."

Contacté par L'Usine Nouvelle, Vincent Leroy explique que l'oeuvre n'en est pour l'instant qu'à l'étape de projet. "Je l’ai imaginée à la suite d'une visite d’usine de verre à Shanghai. C’est tout à fait réalisable", ajoute-t-il cependant.

Si la production finit par être envisagée, différent facteurs seront à prendre en compte pour évaluer les délais, comme le temps d'étude, la création d'un échantillon, ou encore la dimension. Vincent Leroy estime qu'à partir de la commande, il devrait falloir "3 à 4 mois aux fabricants de Shanghai" pour créer une œuvre d'environ 4 mètres de haut. Rien que par curiosité, on espère voir ces grandes lentilles tournantes sortir de terre un jour !

0 Commentaire

[En images] Un artiste français imagine des loupes géantes pour changer de regard sur la Tour Eiffel

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS