[En images] Transition-One, la start-up française qui convertit vos voitures thermiques en électriques

Le retrofit, l'action de transformer une ancienne voiture en véhicule électrique, est la spécialité de la start-up françaiseTransition-One. Deux ans après sa création, l'entreprise est bientôt prête à recevoir ses premières pré-commandes. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[En images] Transition-One, la start-up française qui convertit vos voitures thermiques en électriques
Prototype de la Renault Twingo II convertie en voiture électrique.

Convertir les voitures thermiques en voitures électriques, c’est l’objectif de la start-up orléanaise Transition-One. On appelle cela le "retrofit". L’idée remonte à 2017. Deux ans plus tard, l’équipe va ouvrir sa première usine dans sa ville natale. Les pré-commandes, destinées aux entreprises, collectivités, mais aussi particuliers devraient ouvrir vers septembre, une fois les homologations nécessaires obtenues. Grâce à ce développement, Aymeric Libeau, PDG de Transition-One, espère passer d'un effectif de sept personnes à 32, fin 2020.

L'usine sera conçue en trois parties : une première zone robotisée de pré-assemblage, l'atelier de retrofit en tant que tel et une partie dédiée au recyclage du moteur thermique. Très peu de changements sont réalisés sur la voiture. "Le moteur transversal est suspendu à un berceau grâce à seulement deux points d'attache", explique à L'Usine Nouvelle, Aymeric Libeau. "Nous le retirons et mettons à la même place le moteur électrique de 96 V et le contrôleur. Les batteries se situent au niveau du réservoir". Ce sont les seuls gros changements effectués. Même la boîte de vitesse est gardée.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

(Prototype de la Renault Twingo II à sa borne de chargement. Crédit photo : Transition-One)

Un cadre légal

"Nous allons essayer de vendre les premières voitures en cette année 2019", indique le PDG. "Mais nous devons encore travailler sur un cadre légal pour le retrofit", continue-t-il. Les huit autres entreprises françaises du secteur agissent ensemble sous le nom de l'association des Acteurs de l'industrie du rétrofit électrique. Elles se sont entretenues avec différents ministères afin de consolider la filière industrielle et créer une éventuelle prime à la conversion adaptée. Aymeric Libeau mise sur une prime de 3000 euros qui baisserait le prix de sa transition à 5000 euros. "Nous estimons que le coût de ce rétrofit sera largement rentabilisé au bout de trois ans et demi d’utilisation grâce aux économies de carburant et d’entretien", explique-t-il.

Convertir les petites voitures

Après avoir été hébergé chez CarStudio, l'incubateur de Norauto, Midas et Carter-Cash, Transition-One a déjà conçu son premier prototype : une Renault Twingo II dont le moteur thermique a été remplacé par un moteur électrique. Il a été testé sur 5 000 kilomètres depuis mars dernier.

La start-up cible le marché des citadines. La batterie de sa voiture convertie offre une autonomie de 100 km et une vitesse maximum de 110 km/h. La nouvelle voiture est aussi équipée d’une tablette tactile connectée sur le tableau de bord avec un dispositif d’appel d’urgence avec géolocalisation. Seules quelques citadines sont aujourd’hui transformables : Citroën C1, Fiat 500, Peugeot 107, Toyota Aygo, Twingo II et Volkswagen Polo. Les véhicules sont garantis deux ans.

(Détail du capot gauche du prototype : boîtiers destinés à l'alimentation de différentes parties de la voiture. Crédit photo : Transition-One.)

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS