Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

[En images] Pour ses 50 ans, le Concorde prend un coup dans le nez

Simon Chodorge , ,

Publié le

Vidéo Le nez du Concorde ? S'il eût été plus court, la face du monde en aurait été changée. En 1969, l'avion supersonique s'envolait pour la première fois. Pour celui immatriculé G-BOAF, c'était un peu plus tard, en 1979. Le 19 avril, il célèbrera le quarantième anniversaire de son premier vol. Pour l'occasion, le musée Aerospace Bristol va réactiver une caractéristique fondamentale de l'appareil : son nez inclinable.

[En images] Pour ses 50 ans, le Concorde prend un coup dans le nez
Le dernier Concorde produit, celui immatriculé G-BOAF, va bientôt célébrer son cinquantième anniversaire.
© Aerospace Bristol

Le Concorde immatriculé G-BOAF va bientôt célébrer le quarantième anniversaire de son premier vol, c’était le 20 avril 1979. Pour l’occasion, le musée Aerospace Bristol au Royaume-Uni va exposer l’avion supersonique et le restaurer pour activer une de ses célèbres fonctionnalités : l’inclinaison du nez.

Le Concorde Alpha Foxtrot n’est pas seulement le dernier construit. Il est aussi le dernier appareil de la série à avoir volé, le 26 novembre 2003 pour British Airways. En 2017, il a été transféré à l’Aerospace Bristol. Ici, l’équipe de conservation du musée et plusieurs volontaires ont travaillé sur cette caractéristique atypique de l’avion.

Un nez inclinable pour le visibilité du pilote

Le Concorde était en effet connu pour son long nez pointu et inclinable. Il permettait au pilote d’avoir une meilleure visibilité sur la piste lors du décollage et de l’atterrissage. Le nez du Concorde Alpha Foxtrot n’avait plus bougé depuis son dernier vol en 2003, d’autant plus qu’il n’avait plus de fluide hydraulique. Le 19 avril 2019, celui-ci sera à nouveau en mouvement.

Pour cela, l’équipe du musée bougera le nez sans toucher aux autres systèmes de l’avion, même si elle aura besoin d’activer certains systèmes électriques de l’appareil. L’entreprise Zeus Hydratech fournira un moteur et une pompe tandis que Exxon Mobil fera don de l’huile hydraulique nécessaire pour abaisser et relever l’appendice de l’engin.

(Le Concorde Alpha Foxtrot, le dernier construit et le dernier à avoir volé. Crédit : Andrew Thomas / CC BY-SA 2.0)

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

12/02/2019 - 12h10 -

1979 à 2019 cela fait 40 ans pas 50
Répondre au commentaire
Nom profil

13/02/2019 - 13h23 -

Oui, effectivement. Mais ils parlent du premier vol du concorde, en 1969, et non de ce concorde en particulier, en l'occurrence 1979, pour le alpha fox. Donc 1969-2019, nous avons bien 50 ans.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle