Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

[En images] Le site de production d'Éram lance sa gamme de chaussures recyclables et Made in France

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Images A Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), La Manufacture 49, usine réalisant déjà la production du groupe Éram, lance Sessile, sa marque de chaussures Made in France et "éco-conçues". Aidée par une campagne de financement participatif Ulule, elle prévoit les premières livraisons pour la fin d'année.

Le site de production d'Éram lance sa gamme de chaussures recyclables et Made in France
Les chaussures lancées par La Manufacture 49 pour Éram sont issues de composants utilisés naturels et/ou recyclables.
© La Manufacture 49

Êtes-vous prêts à débourser 120€ pour une paire de baskets Made in France et recyclables ? La Manufacture 49 fait le pari que oui. Située à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), cette usine - à laquelle fait appel le groupe Éram pour sa production, mais qui réalise aussi des collaborations exceptionnelles, notamment avec Le Coq Sportif - a décidé de lancer sa propre marque de sneakers "éco-conçues". Baptisée Sessile, elle est présentée comme "unisexe, durable et labellisée Origine France Garantie".

Éco-conçues, c’est à dire ? En pratique, cela signifie que "les composants utilisés sont naturels et/ou recyclables. Ils proviennent

également de fournisseurs français ou européens", détaille Virginie Radier-Tricard, responsable du développement à La Manufacture. Les semelles en caoutchouc recyclé à 70% proviennent du Portugal. Déchet de l’industrie agroalimentaire italienne, le cuir est tanné sans chrome, voire avec des tanins végétaux. Les œillets, les gallons et les lacets sont français. Ces derniers sont fabriqués à Cholet (Maine-et-Loire), à partir de coton bio.

Un impact environnemental moindre

La conception des chaussures est entièrement réalisée dans l’usine de La Manufacture 49, au sein de laquelle travaillent 150 salariés. Le site a également mis au point un nouveau procédé de démontage et de recyclage, actuellement en cours de brevetage. "On va encourager les clients à renvoyer leurs paires usées. Après réception, elles seront démontées, débactérisées et rénovées, avant d’être revendues", explique Virginie Radier-Tricard.

Lorsque ce cycle se brisera et que la paire sera devenue trop abîmée, la semelle sera envoyée à un prestataire. Refondue, elle redeviendra une semelle neuve. Des recherches sont en cours pour trouver un moyen de recycler les autres composants. Un procédé de retour est mis en place pour inciter le client à renvoyer sa paire. La boite est ainsi conçue pour servir de contenant, mais également de paquet d’envoi et de retour, ce dernier étant pris en charge par la marque.

Ces différentes initiatives devraient permettre de diviser par trois l’impact de la conception sur l’environnement, par rapport à une fabrication classique. "La création d’une paire équivaut à 4 kilogrammes de CO2", ajoute Virginie Radier-Tricard. L’utilisation de coton bio, de matières recyclées et du tannage sans chrome promet également une pollution des eaux amoindrie. Enfin, l’électricité est fournie par Enercoop, coopérative française qui distribue de l’énergie 100% renouvelable.

Transparence dans les coûts

Comment décortiquer le tarif des produits, s'échelonnant de 109 à 129 euros ? "Pour une paire à 129 euros, 27 euros sont attribués aux matières premières, 42 euros à la main d’œuvre, 10 euros à l’expédition et au retour et 9 euros à la R&D, 19 euros au développement de la plateforme de commercialisation et 22 euros à la TVA, énumère Virginie Radier-Tricard. 60% des coûts sont liés à la fabrication et à l’expédition. Contre 25% dans la mode traditionnelle".

Lancée le 6 septembre 2019 sur le site web Ulule, une campagne de financement participatif a déjà permis de rassembler 269 préventes, mieux que l'objectif initial de 200. L’argent récolté permettra de financer la première production. Au-delà de 500 paires commandées, la marque pourra se lancer dans la conception de nouveaux modèles. "Nous voulons dans le futur proposer une paire de chaussures de ville 100% recyclable", conclut Virginie Radier-Tricard.

Pour un montant minimum de 109€, chaque précommande assure la livraison d’un modèle (parmi 4 disponibles) en décembre ou janvier prochain. Le transport est inclus dans le prix, sauf pour l’international, où il faut prévoir 10 euros supplémentaires.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle