Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

[En images] La Twingo fête ses 25 ans, rétrospective d’une voiture un peu dingo

Simon Chodorge ,

Publié le

De 1993 à aujourd'hui, le mythique véhicule de Renault a connu bien des aventures. La Twingo est passée de la voiture citadine populaire à des déclinaisons artistiques ou sportives. L'Usine Nouvelle a sélectionné quelques images de cette gamme à l'esprit jeune et baroque.

[En images] La Twingo fête ses 25 ans, rétrospective d’une voiture un peu dingo
Le modèle Twingo I tel qu'il est sorti en 1993.
© Denis Meunier / Renault

La Twingo fête ses 25 ans cette année. Malgré son bel âge, la célèbre gamme de Renault ne vieillit pas. Citadine à succès, symbole des escapades estudiantines, parfois déclinée sous des formes un peu fantasques… La voiture a gardé 25 ans dans la tête et dans les jantes. Voici quelques morceaux choisis en images de son itinéraire.

1993, la naissance

A l’occasion des 20 ans de la Twingo, nous rappelions les origines du premier modèle, sorti en 1993. Véhicule monocorps, deux portières, motifs de sièges bariolés, 55 chevaux sous le capot : c’est la forme historique de la voiture. Dans une vidéo régressive à souhait, Renault revenait déjà sur ces premiers kilomètres parcourus pour les 20 ans du véhicule.

1995, un mariage improbable entre le luxe et la voiture populaire

Deux ans après la commercialisation de la première Twingo, la carrosserie Lecoq, spécialisée dans la restauration et la réparation haut de gamme, revisite le véhicule sous un format luxueux en s'inspirant des voitures Bugatti. 50 Twingo Lecoq sont alors vendues pour 26 000 francs (l'équivalent de 5300 euros).

Quelques années plus tard, en 2010, Renault s'appuie sur la plateforme de la Twingo pour fabriquer un coupé-cabriolet, la Renault Wind. Le véhicule est néanmoins un échec commercial et sera arrêté en 2014 avec seulement 13 000 ventes.

2013, la Twingo concept et technologique

Sautons quelques années. En 2007, Renault présente la Twingo II après des années de succès non démenti pour le premier modèle de la série. En 2013, le constructeur prépare l'arrivée de la Twingo III et vante les capacités de son véhicule à travers de multiples concept cars. Il présente ainsi une Twin'Z électrique et futuriste au salon du mobilier de Milan. Entre la formule 1 et la citadine, Renault dévoile aussi l'étrange Twizy Renault Sport F1. Toujours dans une déclinaison sportive, le constructeur dévoile la très classe Twin'Run en marge du Grand prix de Monaco.

Notre coeur balance tout de même pour la Twingo présidentielle 55 FBG exposée au salon Rétromobile de 2013 et imaginée par le créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac. Fauteuils en velours rouge, gland de rideau qui pendouille au volant et mobilier en bois marqueté : le véhicule anachronique est d'une élégance remarquable. 

2017, le vernis s'écaille

En 2017, la Twingo III est le dixième véhicule le plus vendu en France. Trop-plein d'enthousiasme, exploitation à l'extrême de la marque, la "Twingomania" dérape jusqu'au bad buzz. Commercialiser des vernis à ongle assortis aux coloris du véhicule n'était peut-être pas l'idée la plus inspirée du constructeur. Le produit de beauté 2 en 1 (il permet également de faire des retouches sur la peinture d'une voiture) est néanmoins encore disponible en vente.

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

09/04/2018 - 11h33 -

Le succès de la Twingo à ses débuts (du moins en France, le modèle n'ayant pas du tout marché ailleurs) est assez inexplicable sur le plan rationnel. Mis à part le côté novateur de "monospace urbain" avec quelques astuces d’aménagement intérieur, ce modèle est un exemple type de supercherie technologique : un moteur de R8 sous le capot datant de ... 1962 (C3G "Cléon-Fonte", 31 ans d'âge!) avec une consommation de plus de 8 litres aux 100 km en ville (ce pour quoi elle avait été "conçue" semble-t-il...), des suspensions du même métal que le moteur, une architecture tellement mise à mal lors des premiers crash-tests que Renault a dû la re-étudier dans sa totalité tout en gardant la même physionomie (pour investissement astronomique ! et sans un mot pour ne pas gâcher le succès)... Technologiquement, ce modèle était à mille lieues d'une Peugeot 106 certes moins "sexy". Le temps où pour être "dans le vent de l'histoire", tout bobo devait avoir sa Renault Twingo...
Répondre au commentaire
Nom profil

08/04/2018 - 21h28 -

2 points critiquables dans cet article : - En 1995, une voiture neuve valait bien plus que 26000 francs ! - La Renault WIND n'a pas le même design que la voiture présentée en photo.
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle