Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[En images] La fabrication (suédoise) de la vodka Absolut, pépite de Pernod Ricard

, ,

Publié le

Reportage Absolut, la marque suédoise de vodka du groupe français Pernod Ricard est fabriquée sur un unique site de production. Qui entend devenir plus vert pour se démarquer de la concurrence.

[En images] La fabrication (suédoise) de la vodka Absolut, pépite de Pernod Ricard
Absolut Vodka est la marque suédoise du français Pernod Ricard

Les champs de blé s’étendent à perte de vue. À six heures de Stockholm, en Scanie, dans le sud de la Suède, près de 400 agriculteurs approvisionnent la distillerie d’Absolut, située à Nöbbelöv. Avec l’eau, le blé constitue le principal ingrédient de la fabrication de la fameuse vodka, passée sous pavillon français il y a dix ans, après avoir été propriété de… l’État suédois.

Face au leader à petit prix Smirnoff, contrôlé par le numéro un mondial des spiritueux Diageo, Absolut ne vend "que" 127 millions de bouteilles par an. Mais mise sur les valeurs inscrites sur sa bouteille – "One source, one community" –, au verre recyclé à 40 %, pour raconter aux consommateurs l’histoire et la quête de "verdure" de son usine unique au monde. "Nous sommes les seuls, dans l’industrie de la vodka et du whisky, à parvenir à un tel volume sur un seul site", se félicite-t-on chez Pernod Ricard.

Absolut constitue la première marque en volume de l’industriel français, qui impose à ses partenaires agricoles un cahier des charges strict : usage raisonné de pesticides, carrés verts pour abriter des oiseaux… Dans l’espoir de fournir, à terme, un blé "durable" à la distillerie. "Nous voulons parvenir en 2040 à un impact environnemental nul pour notre site de production", précise Anna Schreil, la directrice des opérations d’Absolut. L’usine tourne déjà à 98 % à partir d’énergies renouvelables. Située soixante mètres au-dessus de l’un des plus grands aquifères du nord de l’Europe, elle veille à recycler l’eau tout au long de son process, bien qu’elle en utilise 500 000 mètres cubes par an, principalement pour la fermentation de la vodka.

Un process de distillation inchangé depuis 1879

Après être passés à travers un tamis puis pilés mécaniquement, les grains de blé sont chauffés au sein d’un fermenteur de 600 mètres cubes et mélangés à 70 kg de levure pour donner naissance à de l’alcool. Pas question de perdre le moindre coproduit. L’éthanol généré est revendu en carbone liquide à Air liquide, tandis que les autres résidus, principalement des protéines, sont utilisés comme nutrition animale par les éleveurs locaux.

Ici, on suit depuis 1879 le même process : la distillation continue, inventée par les Français, mais industrialisée en Suède par Lars Olsson Smith, dont le portrait figure sur les bouteilles d’Absolut. À travers la récente colonne de distillation placée à l’extérieur de l’usine, tournant avec l’énergie générée durant la production, la purée de céréales fermentées est débarrassée de ses impuretés. Donnant un spiritueux à la concentration d’alcool de 96 %.

Destination Åhus, à quelques kilomètres de là, une station balnéaire où s’étend, en plein centre-ville, le site de conditionnement d’Absolut. C’est ici que l’alcool est dilué avec de l’eau pour atteindre les 40 degrés de l’Absolut Original, qui représente 80 % des ventes de la marque, et que sont ajoutés des arômes, comme le citron vert d’Absolut Lime, le dernier-né de la gamme.

Dans un petit espace, les bouteilles au design soigné – revu il y a deux ans, avec un packaging allégé – sont remplies à raison de 20 000 par heure, scellées, tracées, encartonnées et mises en palettes, le tout en cinq minutes.

Sept millions de bouteilles, déjà vendues aux distributeurs du monde entier, sont transportées vers les espaces de stockage par des machines se déplaçant à 45 km/heure à travers onze niveaux, grâce à un système tout automatisé. Exportées à 99 %, elles partiront majoritairement du port d’Åhus, permettant à Absolut de réaliser 10 % des exportations agroalimentaires suédoises.

Vodka, ton marché impitoyable

Tous les coups sont permis. L’an passé, le groupe français de spiritueux Marie Brizard Wine & Spirits a vu son chiffre d’affaires stagner à 429?millions d’euros, plombé par sa filiale polonaise (aux ventes en chute de 26,5 %) à cause de la guerre des prix sur le marché de la vodka pure.

Mais la zone qui concentre toutes les attentions se situe aux États-Unis. En 2017, le marché américain de la vodka a crû de 2,2 % et représentait près d’un tiers de tous les spiritueux vendus dans le pays ! Quelque 40 % des bouteilles fabriquées par Absolut sont dégustées outre-Atlantique. Mais si ses ventes mondiales ont augmenté de 2 % sur l’exercice décalé 2016-2017, Absolut enregistre des difficultés aux États-Unis. Un marché de plus en plus concurrentiel et fragmenté par l’arrivée de marques locales et artisanales. "Une marque de vodka se lance chaque jour", confie un expert. Avec, notamment, une vodka texane, l’acte d’achat est même devenu nationaliste, une tendance contre laquelle les grands groupes comme Pernod Ricard et Diageo peinent à lutter. Pour se différencier, chacun cherche à raconter l’histoire de sa vodka, ou, comme Absolut, à l’imposer comme la plus respectueuse sur le plan environnemental.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle