Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[En images] Derrière les pompiers sur le terrain, comme à Notre-Dame, les anges gardiens de la maintenance

Sybille Aoudjhane , , , ,

Publié le , mis à jour le 17/04/2019 À 10H14

Reportage Près de 400 pompiers ont été mobilisés pour éteindre le feu de Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019. Pour qu'une telle mobilisation soit constamment efficace, la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris s'occupe en interne de la maintenance de tout son équipement. L'Usine Nouvelle est allée à la rencontre de ces hommes de l'ombre qui font en sorte que le matériel soit toujours opérationnel. 

[En images] Derrière les pompiers sur le terrain, comme à Notre-Dame, les anges gardiens de la maintenance
Les sapeurs pompiers de Voluceau à Bailly (Yvelines) réparent eux mêmes les camions des 88 sites de la Brigade des sapeurs pompiers de Paris.
© Sybille Aoudjhane

"La devise des pompiers est ‘sauver ou périr’, la nôtre est sauver sans périr", explique le Lieutenant-colonel Ambroise Permalnaïck, chef du bureau de maintenance de la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP). Ces pompiers portent les mêmes uniformes bleu-marine, font la relève de la garde à 7h45 et savent tout de la sécurité des incendies. Mais contrairement à leurs camarades, les pompiers de la caserne de Nanterre s’occupent aussi de la maintenance des équipements. "Les civils voient souvent les pompiers sous le prisme de l’opération, ajoute le Lieutenant-Colonel, nous, nous leur permettons d’intervenir." Avec plus de 1300 opérations par jour effectuées sur la zone de Paris, des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et du Val de Marne, la BSPP ne peut pas se permettre une déficience dans son matériel.

Intérieur d'un camion de pompier avec son matériel. © Sybille Aoudjhane

Vérifier la fonctionnalité des véhicules du parc, des appareils respiratoires isolants, des tuyaux, etc, les tâches sont nombreuses. Au petit matin, tous dans la cour intérieure, la relève de la garde s’effectue en attribuant les tâches de vérification aux membres de la brigade. Après le garde-à-vous, tous se dirigent vers le hangar où sont garés trois camions rouges.

Tous les matins, les pompiers font la relève de la garde et chacun se voit assigner une vérification de matériel. © Sybille Aoudjhane

Franck, sapeur première classe, est chargé d’examiner les appareils respiratoires : "je regarde si les puces des traceurs des appareils fonctionnent bien", explique-t-il. Les appareils respiratoires s’accompagnent de capteurs qui bipent si le pompier n’est pas en mouvement pendant plus de 40 secondes. Plusieurs minutes plus tard, les pompiers font le bilan de leurs vérifications : le pneu arrière droit d’un véhicule n’est pas opérationnel en ce jour de mai. Et l'information remonte auprès des pompiers-techniciens.

La vérification des appareils respiratoires isolants, indispensables pour être opérationnel dans un incendie. © Sybille Aoudjhane

De l’autre côté de la cour, un garage technique

La particularité de la caserne de Nanterre se trouve de l’autre côté de la cour, en face du parking des camions. Un véritable garage y est installé. C'est ici qu'arrivent les véhicules des autres casernes pour être réparés. Les pompiers techniciens y réalisent les interventions élémentaires et de premier niveau technique. La cellule de maintenance de Nanterre assure 730 dépannages par an de toutes les casernes de Paris, des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du Val de Marne. 1300 engins sont répertoriés dans les 88 sites de la brigade, 7 200 différents matériels sont immatriculés ... 

De l'autre côté de la cour, le garage technique. © Sybille Aoudjhane

Pour assurer le rythme et le suivi des contrôles techniques et des réparations, la BSPP s’est dotée d’un logiciel de gestion de maintenance assistée par ordinateur (GMAO), conçu par l’entreprise Carl Software. Le logiciel nommé SYGAL permet de tout répertorier. Les différentes interventions déjà effectuées sur un véhicule et les demandes de réparations, mais surtout, les rappels des contrôles techniques. Un outil nécessaire pour commander le matériel en avance. Les ambulances en particulier doivent être contrôlées tous les quatre mois. "Nous essayons vraiment de réaliser des travaux préventifs, explique l’adjudant Cedric Mathis, qui s’occupe de l’implantation de SYGAL au sein de la brigade depuis trois ans. "Plus nous travaillons en amont, moins il y a de panne", explique-t-il. Et d’ajouter : "Le logiciel nous permet d’avoir en permanence en vision l’état des lieux de nos matériels et du parc."

Un pompier chargé de consulter le logiciel SYGAL pour assurer la maintenance du matériel. © Sybille Aoudjhane

La maintenance de la BSPP est très peu externalisée. Si le camion a besoin de plus de 24 heures de travail, il est acheminé au site de Voluceau à Bailly (Yvelines). L’ancien site de 21 hectares appartenait à l’OTAN. Quelques 16 pompiers y effectuent un service de garde permanent dans un lieu où stationnent une centaine d’engins. "Nous nous occupons nous même des réparations car nous avons des compétences que les industriels n’ont pas", explique le capitaine Fabien Lagaude. Nous avons un niveau d’alerte inégalé". SYGAL permet aux équipes d’annoncer les prévisions de sortie des véhicules et d’être en liaison avec les fournisseurs.

L’objectif est désormais d’avoir une gestion informatique des biens immatériels (comme les contrats), un hébergement externe de l’application SYGAL et d’utiliser cette application pour effectuer les demandes de travaux.                                                                            

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

10/07/2018 - 11h50 -

Une formidable avancée technique et humaine en trente ans grâce à l'informatique, aussi. Je compare ce que j'ai connu de 1970 à 1978 et ce que je viens de lire, c'est bluffant ! Bonne continuation à tous.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle