Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

[En images] A Turku, le premier paquebot au GNL à mi-chantier

Olivier Cognasse

Publié le

Reportage Sur le chantier naval de Turku Meyer, la cérémonie de la pièce du futur paquebot propulsé au GNL a suivi l’arrivée du module comportant les moteurs hybrides et les cuves de stockage. Au printemps 2019, les premiers essais en mer démarreront.

[En images] A Turku, le premier paquebot au GNL à mi-chantier
Arrivée du Floating engine room unit (FERU) à Turku.
© Costa croisières

Sous d’épais nuages et une pluie menaçante qui s’est finalement abstenue de tomber, le chantier naval de Turku sur la côte sud-ouest de la Finlande a célébré la cérémonie de la pièce pour le paquebot Costa Smeralda, le 4 juillet. Une cérémonie qui doit porter chance au futur navire. C’est Elisabetta Moraci, originaire de Messine et second officier de pont pour la flotte Costa qui a été désignée marraine de l’évènement. Les pièces ont été posées sur un tin - un élément en bois utilisé en fond de cale sèche pour soutenir la quille et les flancs du navire en construction – où un bloc de la coque est venu se poser.

"La cérémonie de la pièce marque le début de l'assemblage de la coque pour le navire. A partir de là, nos efforts de design et de construction en acier vont commencer à ressembler à un véritable navire. C’est donc un moment fort et très excitant pour nous, constructeurs de navires", a déclaré Jan Meyer, PDG de Meyer Turku.

Un chantier qui a failli mettre la clé sous le portique il y a quelques années, quand il était la propriété des coréens STX. Heureusement, la bonne fée était allemande et fin 2014, les fameux chantiers Meyer Werft, originaires de Basse-Saxe, ont mis la main sur un site qui offrait l’avantage de disposer d’une cale sèche permettant de construire des navires de plus de 200 000 tonneaux, une capacité dont ils ne disposaient pas en Allemagne. Depuis, le chantier naval finlandais a repris des couleurs. En ce moment, il construit deux paquebots, le Costa Smeralda et l'autre pour TUI.

Premiers essais en mer au printemps 2019

Avec une jauge brute de plus de 182 000 tonneaux et une longueur de 337 mètres, le Costa Smeralda proposera plus de 2 600 cabines et pourra transporter plus de 6 500 passagers. La livraison d’un deuxième navire, jumeau du Costa Smeralda également construit par Meyer Turku, est attendue pour 2021.

Les premiers essais en mer auront lieu au printemps prochain. Ensuite, le Costa Smeralda débutera le 20 octobre 2019 avec une croisière de quinze jours, entre Hambourg en Allemagne et Savone en Italie. Et le baptême officiel du Costa Smeralda sera célébré à Savone le 3 novembre 2019.

En attendant, le premier paquebot au GNL a reçu fin juin le Floating engine room unit (FERU), partie qui contient notamment les quatre moteurs bicarburants produits par Caterpillar, capables de fonctionner au GNL et au diesel. Dans les ports et en mer, le bateau doit être propulsé au GNL. Son autonomie est de deux semaines, ce qui veut dire que pour des trajets plus longs, sans une escale dans un port équipé en GNL, il faudra parfois avoir recours au diesel. L’avitaillement dans les ports a été confié à Shell, notamment en Méditerranée et en Europe. Sur le navire, un volume de 3 600 m3 pourra être stocké.

Réduire la pollution

Une motorisation qui permet de supprimer les émissions de dioxyde de soufre (SOx), de réduire de 95% les particules, et de 85% les oxydes d’azote, mais aussi de réduire sensiblement (-25%) les émissions de CO². Si cette tendance se confirme chez l’ensemble des croisiéristes, c’est une bonne nouvelle pour les habitants proches des ports qui sont souvent les premiers exposés aux pollutions des paquebots et autres navires de commerce. "Grâce à l’avancée du GNL en matière de technologie de propulsion, le Costa Smeralda représente une innovation majeure pour le marché international et une étape fondamentale en faveur de l’établissement de nouvelles normes pour le secteur dans son ensemble", a déclaré lors de la cérémonie, Neil Palomba, le Président de Costa Croisières.

Au total, le groupe Costa possède aujourd’hui 26 navires en service et une commande de sept navires au GNL doit être livrée d’ici à 2023, dont deux pour Costa Croisières, deux pour Costa Asia et trois pour AIDA Cruises, pour un investissement total supérieur à six milliards d’euros.

Olivier Cognasse, à Turku (Finlande)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle