Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

En Île-de-France, plus d'espaces verts, mais moins d'agriculture et de biodiversité

Franck Stassi , , , ,

Publié le

A Paris, au Pavillon de l’Arsenal, une exposition fait le point sur l’évolution des espaces agricoles de 1891 (date de création de l’Usine Nouvelle) à nos jours. Les espaces verts ont progressivement pris le dessus sur les cultures.

En Île-de-France, plus d'espaces verts, mais moins d'agriculture et de biodiversité © Pavillon de l'Arsenal/Vincent Fillon

Explorer les liens entre la ville et l’agriculture, telle est l’ambition de l’exposition "Capital agricole : chantiers pour une ville cultivée", organisée jusqu’au 27 janvier 2019 au Pavillon de l’Arsenal, à Paris. "Au fil du siècle dernier, la nature urbaine a remplacé l’agriculture : elle ordonne, elle sécurise, elle divertit avec des haies, des jardins privatifs ou publics, des golfs… Son développement se fait toutefois au détriment de la biodiversité", observe le commissaire scientifique de l’exposition, Augustin Rosenstiehl. Au sein de SOA, l’agence d’architecture qu’il dirige, il s’attache, depuis 2005, à travailler sur les liens entre l’agriculture et la ville, notamment à travers des projets de recherche.

La notion de "nature urbaine" rejoint, selon Augustin Rosenstiehl, celle de productivité. "Les urbains parlent de l’agriculture uniquement sous l’angle économique, regrette-t-il. Elle doit être productive et irréprochable dans ses modes de production. Ils sont bien moins exigeants sur la contribution des rangées d’arbres ou des bords de ronds-points", poursuit-il. En Île-de-France, l’emprise au sol des espaces verts a doublé en l’espace d’un siècle. Evolution inverse pour l’agriculture : aujourd’hui, la région produit moins de 10% des légumes qu’elle consomme. En 1930, 68% des produits alimentaires vendus aux Halles, à Paris, provenaient d’Île-de-France.

Des espaces agricoles situés en grande couronne

Dans l’exposition, de nombreux schémas illustrent cette évolution. A l’échelle de la région, 49% des sols sont actuellement occupés par des activités agricoles, 26% par des espaces dits de nature, et 25% par des espaces urbains. La population active agricole regroupait en 2010 11 338 personnes, parmi lesquels 3 392 agriculteurs. Des chiffres à mettre en regard avec les 12,1 millions de Franciliens.

Les espaces agricoles se situent quasi-exclusivement en grande couronne (Seine-et-Marne, Yvelines, Essonne, Val d’Oise). Des initiatives telles que la ferme urbaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), où 3,7 hectares de cultures maraîchères sont exploités au pied du métro, ou depuis l’an dernier la pousse de 1,7 tonne hebdomadaire d’endives et de champignons dans un parking souterrain du 18e arrondissement de Paris (Cycloponics) permettent de replacer l’agriculture en ville.

D’autres projets, tels que celui de végétalisation des abords de l’autoroute A1 porté par le géant de l’agroalimentaire InVivo, se proposent d’amplifier cette dynamique.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle