Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

En Ile-de-France et à Marseille, les écoles touchées par la pollution de l’air

Esther Attias ,

Publié le

Les travaux de deux associations, Greenpeace et Respire, montrent que la pollution à proximité d’établissements scolaires dépasse souvent les normes internationales sanitaires.    

En Ile-de-France et à Marseille, les écoles touchées par la pollution de l’air
La carte interractive de Greenpeace pour Marseille et les agglomérations alentours.
© Greenpeace

Les enfants seraient trop exposés à la pollution extérieure. C'est ce que démontrent les associations Greenpeace et Respire en publiant le jeudi 28 mars des cartes superposant les données de la pollution de l’air extérieur avec celle des établissements scolaires, primaires et collèges/lycées, en Ile-de-France et à Marseille. Leurs découvertes sont inquiétantes.

La pollution concerne principalement les particules fines et ultrafines PM10 (de diamètre inférieur à 10 micromètres) et PM2,5 (inférieur à 2,5 micromètres), et le dioxyde d’azote (NO2), un des premiers polluants atmosphériques nocifs, produit par transports routiers et les moteurs diesel.

En termes de méthodologie, la carte de Greenpeace superpose des données de pollution de l’air extérieur au dioxyde d’azote produites par AtmoSud, organisme de surveillance de l’air, pour l’année 2017 à la carte des établissements accueillant des enfants. Respire effectue le même travail en utilisant les données d’Airparif, association de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France. 

26% des établissements parisiens

Dans Paris intra-muros, 548 établissements (soit 26% des établissements parisiens) sont exposés à des concentrations de dioxyde d'azote dépassant les normes légales définies par en France et par l’Union Européenne, soit 40 microgrammes / m3 en moyenne annuelle. En Ile-de-France, 682 des 12 520 établissements sont dans ce cas, selon l’association Respire.

Concernant les particules fines PM2,5, l’intégralité des établissements parisiens et de petite couronne sont exposés à des quantités supérieures au seuil défini par l’Organisation Mondiale de la Santé. Et c’est le cas de 70% des établissements en grande couronne.

Ces normes, prises en référence par l'association, sont certes plus strictes que celles de l’Union européenne (qui ne sont pas dépassées concernant les émissions de PM2,5). Mais elles permettraient d’éviter 17 700 décès supplémentaires, selon une étude de Santé Publique France relayée par Respire.

 

(c) Respire

A Marseille et dans les communes adjacentes, "la pollution de l’air extérieur au dioxyde d’azote atteint un niveau illégal à proximité immédiate de 189 écoles et crèches", déclare pour sa part Greenpeace dans un communiqué. Ce qui représente 22% des établissements.

Certes, des progrès ont été faits en Ile-de-France. "Entre 2012 et 2017, la proportion d’établissements dépassant les seuils légaux de pollution au dioxyde d’azote (NO2) a été divisée par plus de deux à Paris, passant de 66% à 26%. En petite couronne, ce chiffre est passé de 8,4 % à 3,6 %.", précise l’association Respire. Autant ne peut être dit de Marseille.

Les enfants plus vulnérables

La pollution de l’air a "des impacts dévastateurs sur la santé des enfants", soulignait l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans une étude en octobre 2018. Elle est une cause d’asthme, de fortes infections respiratoires, de retards de croissance pulmonaire et même d’une diminution du développement du cerveau ; d’autres études soulignent un lien possible avec les troubles de la concentration et l’autisme. Elle serait responsable de la mort de 600 000 enfants de moins de 15 ans chaque année, selon l’OMS.

Les enfants sont plus vulnérables que leurs aînés. Ils inspirent d’avantage - et absorbent ainsi plus de particules fines - sont par leur petite taille exposés à plus de polluants concentrés proches du sol, et restent en intérieur dans leurs premières années, où l’air est potentiellement pollué.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle