Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

En grève, les salariés de Saira Seats en appellent aux pouvoirs publics

, , , ,

Publié le

Les salariés de l’équipementier ferroviaire Saira Seats bloquent les accès à leur entreprise. Ils réclament l’intervention des pouvoirs publics pour débloquer la situation "périlleuse" de la société ligérienne, menacée d’être emportée dans la faillite de son actionnaire italien.

En grève, les salariés de Saira Seats en appellent aux pouvoirs publics
Saira Seats a développé des sièges pour les trains régionaux français d'Alstom (rames Regiolis) et de Bombardier (Regio2N).
© Bombardier

Les entreprises citées

Une centaine de salariés de Saira Seats, en grève depuis le 23 mai, ont débuté mercredi 24 mai un blocage de l’accès à la zone industrielle de l’Orme à Andrézieux-Bouthéon (Loire). Ils demandent le soutien des pouvoirs publics pour sortir leur entreprise d’une situation jugée périlleuse. "C’est malheureux de devoir passer par la force, mais toutes les démarches conduites depuis un an n’ont servi à rien", constate Hervé Michalon, secrétaire du comité d’entreprise.

Fabricant de sièges pour le ferroviaire (trains, trams, métros), Saira Seats pourrait être entrainé dans la faillite de son actionnaire italien Tosoni. Contrôlé depuis 2010 par ce groupe de BTP, la société française s’est retrouvée incluse en mai 2016, pour atteindre le seuil de 500 salariés, dans le périmètre des sociétés insolvables de Tosoni, placé sous administration provisoire à l’initiative du ministère italien du Développement économique et de la chambre commerciale du tribunal de Vérone. Une situation qui a affaibli la position commerciale de la Saira Seats considéré à tort, selon ses défenseurs, comme étant en cessation de paiement.

Une nationalisation temporaire suggérée

Pour éviter sa liquidation, les représentants des salariés demandent une aide rapide des pouvoirs publics, via le versement de crédits d’impôt au titre des années de 2014 à 2016. Ce qui permettrait à l’équipementier ferroviaire de pouvoir tenir jusqu’à la fin de l’année. La direction de Saira Seats demande également un appui des autorités auprès des principaux clients que sont Alstom, Bombardier et la SNCF et suggère "une nationalisation temporaire par l’Etat français" pour faciliter la cession de l’entreprise ligérienne, plusieurs repreneurs s’étant manifestés.

Direction et salariés déplorent par ailleurs "l’absence de soutien politique et financier de la région Auvergne Rhône-Alpes", informée depuis de nombreux mois de la situation de Saira Seats. L'entreprise réalise 32 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie 180 salariés.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle