Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

En France, Vermilion produit un baril de pétrole de schiste par jour

Ludovic Dupin , , ,

Publié le , mis à jour le 27/09/2013 À 15H27

Depuis 2010, un puits du canadien Vermilion produit du pétrole de schiste en France. C’est même le seul puits du genre dans toute l’Europe.

En France, Vermilion produit un baril de pétrole de schiste par jour © mikebaird - Flickr - C.C.

La France en pointe dans les hydrocarbures de schiste ? Certes, le pays, par la voix de ses deux derniers gouvernements, a fermé la porte à toute exploration et exploitation des hydrocarbures de schiste. Avec la mise en application de la loi sur la fracturation hydraulique, l’Hexagone est un cas quasi-unique en Europe. Mais le pays a aussi une autre originalité : il est le seul à produire du pétrole de schiste en Europe. Une production limitée : 1 baril par jour. On la doit au pétrolier canadien Vermilion, premier producteur de pétrole et deuxième de gaz en France.

Dans les années 2000, lorsque le pétrolier forait des puits conventionnels profonds en Seine-et-Marne, il s’était aperçu que la couche de schiste (située vers 2 300 mètres de profondeur) produisait de petites bouffées de pétrole. Quand la révolution des hydrocarbures de schiste s’impose à la fin des années 2000, la société canadienne décide de tester plus précisément ses permis. En 2010, Vermilion réalise deux fracturations hydrauliques de dimensions réduites sur deux puits abandonnées. Une technologie que le pétrolier a déjà mise en œuvre 15 fois sur le sol français pour stimuler des réservoirs conventionnels.

L’un des deux puits se révèle positif avec une production immédiate de 24 barils de pétrole. Vermilion juge alors qu’il lui faudra 8 à 10 ans pour estimer la viabilité économique de ses schistes pétroliers. Mais la loi du 13 juillet 2011 interdit la fracturation hydraulique, le canadien met fin à ses recherches. "Aujourd’hui, le puits produit 1 baril par an et nous l’allumons surtout quand il y a des visiteurs", s’amuse Jean-Pascal Simard, directeur des relations publiques pour l’Europe de Vermilion.

500 à 800 millions d’euros d’investissements perdus

Le pétrolier de l’Alberta se fait la voix des industriels pétroliers en France en regrettant que le pays ne cherche pas à bénéficier des investissements qu’attireraient les pétrole et gaz de schiste. "Il y a 500 à 800 millions d’euros à investir en France, juste pour savoir si les pétrole et gaz de schiste sont économiquement exploitables", explique Jean-Pascal Simard. Cela correspond au forage de 50 à 80 puits.

Vermilion ne tourne pas pour autant le dos à ses activités en France. Après avoir investi 1 milliard d’euros entre 1997 et 2013, il entend désormais en investir 500 millions sur la période 2014-2020. La somme sera également répartie entre les bassins parisiens et aquitains afin d’améliorer la production tricolore du canadien, aujourd’hui établie à 13 000 barils par jour. Plus un baril de schiste.

Ludovic Dupin, à Edmonton

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle