Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

En Europe, un OGM interdit retrouvé en grande quantité dans des aliments pour bétail

Rémi Amalvy , ,

Publié le

Vu sur le web Dans un article du 23 novembre, Le Monde affirme que des OGM récemment interdits en Europe auraient été retrouvés dans une grande quantité d'aliments pour animaux d'élevages. En provenance de Chine, la substance impliquée est jugée dangereuse car potentiellement résistante aux antibiotiques.

En Europe, un OGM interdit retrouvé en grande quantité dans des aliments pour bétail
Image prétexte
© 4028mdk09 - c.c

Selon les informations du journal Le Monde, un nouveau scandale sanitaire serait sur le point d’éclater en Europe. Des organismes génétiquement modifiés (OGM) récemment interdits par les autorités auraient été retrouvés en grande quantité dans des aliments pour bétail.

La substance impliquée est la vitamine B2, ou "riboflavine (80%)", un additif utilisé dans l’alimentation de toutes les espèces animales. Une des méthodes pour la produire est la modification génétique de la Bacillus subtilis KCCM-10445, une bactérie résistante aux antibiotiques. Cette technique pose problème, ce qui a poussé la Commission européenne à interdire le 19 septembre la vitamine B2 produite à partir de cette bactérie. Une décision qui fait suite à un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) du 8 mars dernier, qui conclut que la vitamine présente un "risque" pour "les animaux, les consommateurs, les utilisateurs et l’environnement". Or ce rapport aurait été "partiellement censuré", accusent des ONG sur Twitter.

 

Des lots contaminés partout en Europe

Suite à l’interdiction de septembre, instruction a été donnée aux pays membres de l’UE de retirer du marché avant le 10 novembre tout produit comportant l’OGM. Ce sont les Belges qui, les premiers, ont réussi à récupérer un lot contaminé de 60 kilos.

Une note de synthèse des services de contrôle néerlandais du 14 novembre récupérée par Le Monde montre qu’entre avril et juin 2018, la société chinoise Shandong, qui produit 10 000 tonnes de l’OGM interdit par an, en aurait vendu au moins huit à l’UE. La transaction aurait été effectuée par la compagnie néerlandaise Trouw Nutrition, propriété du groupe Nutreco, leader mondial de l’alimentation animale, et ses filiales.

Les huit tonnes auraient été réparties entre la Pologne (2 500 kilos), l’Italie (500 kilos) et les Pays-Bas (5 000 kilos). Selon les calculs des services néerlandais, entre 800 000 et 1,6 million de tonnes d’aliments seraient potentiellement concernées. Des lots contaminés auraient aussi été distribués en Allemagne, Norvège, Russie, Finlande, Islande et France.

Le 8 novembre, la Commission européenne aurait demandé aux autorités françaises de lui communiquer le nombre de kilos de lots contaminés identifiés. Aucune information n’a pour l’instant été communiquée publiquement. Trouw Nutrition n’a pour sa part pas émis publiquement le moindre commentaire.

Premières traces en 2015

La découverte des premières traces de l’OGM remonte à 2015. Un laboratoire allemand en retrouve dans un lot de vitamine B2 provenant de Chine. L’EFSA, qui jusqu’alors considérait  que l’organisme ne "posait pas de problème de sécurité", décide de pratiquer de nouvelles analyses. Mais Vitac, un consortium qui représente entre autre les intérêts de Trouw Nutrition, refuse de coopérer et de fournir des échantillons, selon le Monde. L’affaire se tasse, jusqu’à août 2016. L’EFSA est sommée d’émettre un nouvel avis. Grâce aux données du laboratoire allemand, l’autorité change de point de vue, et suggère donc le 8 mars dernier que la vitamine B2 produite par souche de Bacillus subtilis en tant qu’additif soit interdite.

Si les stocks existants ont dû être retirés du marché avant le 10 novembre, un délai a été accordé pour les prémélanges et les matières premières d’aliments, qui doivent être récupérés respectivement avant le 10 janvier et le 10 avril 2019.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle