En entreprise, le télétravail progresse mais les managers demeurent réticents

Le deuxième baromètre sur le télétravail du comptoir de la nouvelle entreprise Malakoff Médéric Humanis, réalisé par l'Ifop, indique que le télétravail progresse sensiblement dans les entreprises françaises. Il est surtout plus souvent "officiel". Les dirigeants y voient une source de motivation et de productivité. Si les managers d'équipe partagent ce constat, ils observent toutefois les difficultés qui persistent, notamment lors de la mise en place.  

Partager
En entreprise, le télétravail progresse mais les managers demeurent réticents
Le télétravail a augmenté de 50% en un an, passant de 6 à 9%. La pratique n'est pas encore banalisée, constate cette nouvelle étude.

Encore une exception française qui tombe ? Longtemps, les entreprises françaises se sont singularisées par rapport à leurs consoeurs nord-européennes par leur faible recours au télétravail. Or, cette forme de travail s'est rapidement développée au cours des douze derniers mois, selon la deuxième édition de l'étude réalisée par l'Ifop pour Malakoff Médéric Humanis.

Le télétravail sort de l'ombre

Près d'un salarié sur trois (29%) déclarent télétravailler de façon officielle ou officieuse, régulièrement ou occasionnellement. Ils n'étaient que 25 % dans cette situation lors de la première édition du baromètre. Ce que montre l'étude réalisée auprès de salariés du secteur privé, c'est que la progression provient notamment de la forte hausse du télétravail contractualisé, c'est-à-dire encadré par un accord d'entreprise ou un avenant individuel au contrat de travail, pour les entreprises avec quelques salariés. La part de personnes concernées passe ainsi de 6 à 9 %, soit une augmentation de 50 %, quand les autres formes de télétravail stagnent ou reculent légèrement (non contractualisé régulier ou occasionnel).

L'accélérateur pourrait être la facilitation du télétravail contenue dans les ordonnances Pénicaud, du nom de la ministre du Travail, dont l'effet a été de rendre le télétravail possible a priori, l'entreprise devant justifier un refus. Surtout, l'étude révèle qu'après avoir longtemps été très méfiant vis-à-vis de cette pratique, les dirigeants en perçoivent désormais les bénéfices. Les nombreux travaux et articles sur le sujet auraient donc fini par les convaincre.

Le télétravail, source d'efficacité...

Pour 79 % des dirigeants, le télétravail est une source de plus grande efficacité au travail. 54 % déclarent que le télétravail améliore le dialogue social et 49 % assurent qu'il contribue à réduire l'absentéisme. En phase avec les salariés qui à 85 % jugent que cette forme de travail participe d'un meilleur équilibre entre la vie privée et professionnelle, les dirigeants interrogés sont 92 % à déclarer que le télétravail participe à une meilleure qualité de vie au travail.

Autre intérêt pour les dirigeants : alors que tout le monde ne parle que d'agilité et de transformation numérique, le télétravail est un bon levier pour renouveler les pratiques managériales selon plus de six dirigeants sur 10 (64%). Bonne nouvelle : les managers qui sont en première ligne sont d'accord. 83 % sont favorables au télétravail, alors que pour 18 % d'entre-eux, la pratique implique des difficultés lors de sa mise en oeuvre.

.... et de difficultés

Pour réussir, ils ont identifié plusieurs facteurs de succès au télétravail :

- pour 84 %, il faut repenser le lien collectif ;

- 81 % estiment indispensable de revoir la manière de déléguer et contrôler les tâches ;

- 78 % mettent en avant la régulation de la charge de travail et 74 % les modalités de contrôle du temps de travail.

Autant dire que passer d'un mode de travail sur site au télétravail n'est pas la traversée d'une vallée de roses. Il y a des problèmes qu'il vaut mieux anticiper pour éviter qu'on ne jette le bébé avec l'eau du bain. Rien d'étonnant donc si 85 % des managers ayant des équipes de télétravailleurs jugent la mise en place de formation et de sensibilisation spécifiques indispensable. Or, moins d'un tiers (31%) en a bénéficié.

Les managers au coeur de la réussite

C'est un point important car les managers directs ont vraiment un rôle clé pour l'adoption et la réussite du télétravail. Pour eux, cette nouvelle forme de travail pourrait être angoissante. Ils sont 44 % à penser que cela réduit une partie de leurs responsabilités. 34 % y voient une remise en cause du lien hiérarchique, soit ce qui définit le manager.

Les salariés qui plébiscitent le télétravail ne sont pas naïfs et identifient eux-aussi certaines des difficultés qu'il pose. Pour 60 % d'entre-eux, il peut être une source de difficulté à séparer les temps de vie. 54 % s'inquiètent de possibles effets sur la santé psychologique en raison du plus grand isolement. Quand seulement 45 % des télétravailleurs déclarent avoir un espace spécial pour le travail, il n'est guère surprenant que 54 % des dirigeants éprouvent des difficultés à connaître les conditions de travail du salarié.

C'est sûrement pour cela que les uns et les autres estiment que la meilleure solution combine télétravail et travail sur site. Le nombre de jours idéal de télétravail s'établit à 6,7 jours par mois, quand la pratique est de 7 jours et que les avantages apparaissent les plus élevés quand les salariés pratiquent le télétravail un ou deux jours par semaine.

L'intégralité de l'étude peut être consultée ICI.

Vidéo de présentation de l'étude par Anne-Sophie Godon-Rensonnet, directrice veille et innovation Malakoff Médéric Humanis.

-----------------------------

(1) Etude réalisée par l'Ifop auprès d'un échantillon de 1 604 salariés, dont 581 managers, représentatif de la population salariée française travaillant dans des entreprises d'au moins de 10 salariés. Méthode des quotas et interviews réalisés en ligne du 30 novembre au 11 décembre 2018.

Simultanément, 401 dirigeants d'entreprises ont été interrogés par téléphone du 16 au 21 novembre 2018. La représentativité de ce segment se fait par la méthode des quotas.

Qui sont les télétravailleurs ? 

L'étude révèle que : 

- 51 % des télétravailleurs sont des cadres 

- 49 % travaillent dans une entreprise de plus de 1 000 salariés

- 57 % ont des enfants à charge

- 26 % sont des aidants 

- 45 % ont entre 35 et 49 ans

- le domicile est le premier lieu d'où l'on télétravaille, suivi par les bureaux mis à disposition par l'entreprise (35%) et les tiers lieux et autres espaces de coworking ou café (21 %)

 

0 Commentaire

En entreprise, le télétravail progresse mais les managers demeurent réticents

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS