[En vidéo] Les étudiants européens aussi font la course vers l'espace

La compétition dans le secteur spatial ne se joue pas seulement entre les entreprises. Un jour, les étudiants de l'université de technologie de Delft aux Pays-Bas espèrent bien envoyer leur propre engin dans l'espace. Le 26 juillet, l'association étudiante a tenté de battre le record européen d'altitude pour une fusée amatrice... finalement sans succès.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[En vidéo] Les étudiants européens aussi font la course vers l'espace
Les étudiants néerlandais du DARE transportent leur fusée Stratos III.

Actualisation du 27 juillet : Essai manqué pour les étudiants de l'université de technologie de Delft aux Pays-Bas. Dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 juillet, vers 3h30 du matin, ils ont fait décoller la fusée Stratos III dans l'espoir de battre le record européen d'altitude pour une fusée amatrice.

Vingt secondes après le décollage, le lanceur s'est désintégré. Les pièces de l'engin ont chuté dans l'océan dans une zone sécurisée. L’association d’étudiants, baptisée le DARE (Delft Aerospace Rocket Engineering) enquête dorénavant pour identifier les causes de l'anomalie avec l'Institut national de technique aérospatiale espagnol (INTA). L'INTA a en effet prêté le site de la mise à feu, à El Arenosillo, au sud de l’Espagne. Une retransmission de l'événement montre le décollage puis l'explosion de la fusée (vers 25 secondes). Prochaine étape pour les étudiants : construire Stratos IV.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le DARE ressemble à n’importe quelle start-up du secteur spatial, les millions de dollars en moins. L’équipe comporte des départements propulsion, simulation, électronique ou encore relations publiques. Tous les membres sont étudiants en master ou en bachelor à l’université néerlandaise.

Le record européen d'altitude pour une fusée amatrice est actuellement fixé à 32,3 kilomètres d’altitude. Il a été établi en 2016 par l’Hybrid Engine Development de l’université de Stuttgart en Allemagne.

À terme, les étudiants du DARE souhaitent être la première équipe amatrice à propulser un engin au-dessus de la ligne Kármán, située à 100 kilomètres d’altitude. C’est elle qui délimite la frontière entre l’atmosphère terrestre et l’espace.

L'équipement servira au projet de petit lanceur européen

Si l’aéromodélisme fait parfois des merveilles, la fusée Stratos III n’avait rien d’un jouet. Elle s’élèvait de huit mètres et mesurait 28 centimètres de diamètres pour une masse totale de 330 kilos. Et l’engin pouvait atteindre 3 600 km/h selon l’équipe. “Le combustible est un mélange intéressant de gaz hilarant, de cire de bougie, d’édulcorant de café et de poudre d’aluminium”, révèlent les étudiants. Un carburant fait maison.

Le nez de la fusée transportait une charge utile : un prototype d’ordinateur de vol du centre de recherche spatial néerlandais (le NLR). Cet équipement devait servir au projet SMILE du NLR (SMall Innovative Launcher for Europe) qui soutient le développement d’un petit lanceur européen pour répondre à la demande sur les lancements de satellites de taille réduite.

Après un vol de 10 minutes, le nez devait se séparer du reste du lanceur pour redescendre en sécurité sur la terre ferme à l’aide d’un parachute. Une autre vidéo du DARE donne à voir le fonctionnement du réacteur, du parachute et les coulisses du projet.

0 Commentaire

[En vidéo] Les étudiants européens aussi font la course vers l'espace

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS