L'Usine Nouvelle

En crise, Nokia ne voit pas encore le bout du tunnel

,

Publié le

L'équipementier finlandais vient de revoir à nouveau à la baisse ses prévisions de résultats pour le trimestre en cours. En cause : la récente dépréciation de l'euro, mais aussi une concurrence accrue dans les pays émergents et sur le marché des smartphones haut de gamme.

En crise, Nokia ne voit pas encore le bout du tunnel © Nokia

Malgré sa récente restructuration, Nokia, premier fabricant mondial de téléphones mobiles, peine toujours à sortir la tête de l'eau. Après avoir revu à la baisse, en mai, les prévisions de marge opérationnelle de sa branche « téléphones mobiles », le groupe vient de lancer un nouvel avertissement sur ses résultats du deuxième trimestre 2010, qui seront publiés le 22 juillet. Ses revenus dans les services et les terminaux devraient finalement se situer dans la fourchette basse, voire légèrement en deçà, de ses prévisions initiales (de 6,7 à .à 7,2 milliards d'euros). Sur l'année, Nokia anticipe désormais une baisse de ses parts de marché en valeur.

Pourquoi ? « De multiples facteurs nous ont amené à revoir nos prévisions », a expliqué Timo Ihamuotila, directeur financier de Nokia, lors d'une conférence téléphonique destinée aux analystes financiers. Parmi ces facteurs, il a, entre autres, cité la « dépréciation de l'euro » - qui affecte les coûts de production - et un « durcissement, plus important que prévu, de l'environnement concurrentiel sur le marché des terminaux haut de gamme » et « sur la frange basse du marché ». S'y ajoute, d'après Nokia, une « évolution du mix produits vers des produits à plus faibles marges » et des « prix de ventes moyens plus bas que prévus ».

Concurrence accrue sur tous les segments

Sur les terminaux à bas coûts, qui représentaient jusqu'ici un relais de croissance essentiel, Nokia doit faire face à la concurrence des fabricants asiatiques. Ce qui explique en partie ses difficultés, selon Avi Greengart, analyste de Current Analysis : « Motorola s'est en grande partie retiré des pays en voie de développement. Mais le vide a été en grande partie comblé par les fabricants chinois ou coréens, comme Huawei, ZTE et HTC. Et Nokia n'a pas vraiment profité de ce retrait ».

Sur le haut de gamme, l'équipementier est par ailleurs confronté à la concurrence d'Apple, de RIM et des nouveaux terminaux utilisant le système d'exploitation Android de Google. « Nokia est en train de se faire anéantir par Apple, RIM et Google. Au début, la force de son image de marque l'a en partie protégé, principalement en Europe », confie l'analyste. « Mais c'est en train de changer ». Les chiffres en témoignent : selon Gartner, Nokia a perdu 1,2% de parts de marché au premier trimestre 2010, avec 110,1 millions d'unités vendus. La tendance ne devrait pas s'inverser avant la fin de l'année pour cet institut : « Les terminaux sous MeeGo [la nouvelle distribution Linux résultant du rapprochement de Maemo et de Moblin] et les autres produits haut de gamme ne viendront pas raviver le portefeuille premium de Nokia avant au moins la fin du troisième trimestre 2010 ».

Panne d'innovation dans les logiciels


Au final, la principale menace pour Nokia vient « des nouveaux systèmes d'exploitation iPhone OS et Android et de tous les applicatifs qui gravitent autour », poursuit Avis Greengart. « En comparaison, Symbian, qui a coûté extrêmement cher à Nokia, a de plus en plus l'air démodé et confus », estime-t-il. Une situation désespérée ? « Nokia n'a aucune chance de se rétablir cette année. Mais la société, qui bénéficie de considérables ressources financières et d'un vivier de cerveaux, peut très bien revenir sur le devant la scène. Il est inexact de dire que Nokia a un problème avec les logiciels. Il fut un temps où le groupe était connu pour sa capacité à innover dans les interfaces. C'est un atout qu'il a perdu. Mais cela peut encore changer ».

Christophe Dutheil

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte