L'Usine Aéro

En conséquence de la crise du 737 MAX, le principal sous-traitant de Boeing va réduire ses effectifs

, , , ,

Publié le , mis à jour le 13/01/2020 À 10H27

En raison de la crise qui touche Boeing à propos du 737 MAX, Spirit Aerosystems, son principal sous-traitant, envisage de réduire ses effectifs de plus de 15%. Ces suppressions d'emplois concerneront 2 800 salariés de son site principal à Wichita, dans le Kansas.

En conséquence de la crise du 737 MAX, le principal sous-traitant de Boeing va réduire ses effectifs
Principal sous-traitant de Boeing, le groupe américain Spirit Aerosystems envisage de réduire de plus de 15% ses effectifs du fait des déboires du 737 MAX.
© Nick Oxford

Le principal sous-traitant de Boeing, le groupe américain Spirit Aerosystems, envisage de réduire de plus de 15% ses effectifs du fait des déboires du 737 MAX, selon une note interne que l'agence Reuters a pu consulter.

Le directeur général de Spirit Aerosystems, Tom Gentile, précise dans cette note que ces suppressions d'emplois concerneront 2 800 salariés de son site principal à Wichita, dans le Kansas. Il ajoute que d'autres mesures pourraient suivre en fonction du rythme de la production du Boeing 737 MAX.

Plus de la moitié des revenus de Spirit Aerosystems sont liés au 737 MAX

Spirit, qui emploie environ 13 000 personnes à Wichita et 5 000 autres sur d'autres sites dans le monde, fournit notamment le fuselage, des inverseurs de poussée et des composants des ailes du 737 MAX. Cet avion représente à lui seul plus de la moitié de ses 7 milliards de dollars de revenus annuels.

"Spirit n'a pas encore été informé par Boeing du calendrier de reprise de la production du MAX ni du rythme de production", explique Tom Gentile dans cette note aux salariés. "Nous prenons ces mesures pour aligner notre structure de coûts sur la baisse du rythme de production que nous anticipons par rapport à 2019."

Interdit de vol depuis mars 2019

Le Boeing 737 MAX est cloué au sol depuis le mois de mars dernier, conséquence de deux catastrophes aériennes survenues en cinq mois qui ont fait au total 346 morts (189 en octobre 2018 dans l'accident d'un avion de la compagnie indonésienne Lion Air et 157 dans l'accident d'un avion de la compagnie Ethiopian Airlines en mars 2019).

Le titre Spirit, quasiment stable avant cette information de Reuters, perdait 2,23% à 71,17 dollars vers 17h15 GMT en Bourse de New York.

Avec Reuters (Eric M. Johnson; version française Henri-Pierre André, édité par Bertrand Boucey)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte