[En cartes] A la SNCF, un siècle de suppressions de lignes

Elles ne figurent pas dans le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire présenté mercredi 14 mars en conseil des ministres. Depuis un siècle, nombre de petites lignes de train ont déjà été fermées. Témoignages et cartes à l’appui.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[En cartes] A la SNCF, un siècle de suppressions de lignes
La carte du réseau ferroviaire entre 2008 et 2014

Dans le projet de loi pour un nouveau pacte ferroviaire présenté mercredi 14 mars en conseil des ministres, il n’a finalement pas été question de l’avenir des petites lignes. Mais ce sujet brûlant figurait bien dans le rapport Spinetta, remis le 15 février au gouvernement. Ce rapport appelait ainsi à l’accélération des travaux de maintenance sur le réseau, de l’ordre de 400 millions d’euros par an, mais en concentrant les investissements sur les lignes les plus fréquentées (90 % des voyageurs sur 30 % du réseau).

Que deviendraient alors les petites lignes, qui concentrent 20 allers et retours de tains maximum par jour ? Le gouvernement n’a pas voulu ouvrir dès à présent ce débat, souhaitant éviter un second front avec les élus, reconnaît Cyril Faure, associé au sein du cabinet de conseil Bartle, et en charge du pôle transport et infrastructures. "Le problème relève davantage de l’adaptation de la politique de maintenance à sa valeur (fréquentation, criticité, recettes…) que la fermeture des petites lignes", estime-t-il.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

En 1970, des députés s’opposent déjà aux fermetures de lignes par l’Etat

Néanmoins, la fermeture de lignes déficitaires et sous-utilisées n’est pas un sujet nouveau. Il est même survenu dès la création de la SNCF, en 1937… "En 1938, le réseau comptait 40 000 kilomètres de lignes. En deux ans, 5 000 kilomètres ont été fermés et une deuxième phase s’est étalée des années 1960 aux années 1980", rappelle l’historien et sociologue Georges Ribeill, spécialiste des chemins de fer et membre fondateur de l’association Rails et Histoire, dans une interview à L’Usine Nouvelle.

La preuve de ce grand ménage en cartes :

"Entre 1938 et 1970, l’Etat refuse très souvent l’augmentation annuelle des tarifs demandée par la SNCF et les comptes sont déséquilibrés, précise l'historien. De même, dans les années 1970, l’Etat veut fermer des lignes mais les députés s’y opposent le plus souvent pour sauver leurs lignes. Aujourd’hui, nous avons le réseau le plus important en Europe pour les lignes peu fréquentées."

Avec Olivier Cognasse

G. F., avec Sybille Aoudjhane

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS