Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

En Bourgogne, le groupe Ducerf veut conjurer la crise des scieries

Franck Stassi , , , ,

Publié le

Reportage Dans un contexte de baisse du nombre de scieries, le groupe bourguignon Ducerf mise sur ses diversifications dans la deuxième transformation et sur le e-commerce pour résister. Des inquiétudes sur les approvisionnements demeurent.

En Bourgogne, le groupe Ducerf veut conjurer la crise des scieries
Le parc à sciages de l'unité principale du Groupe Ducerf sera prochainement modernisé.
© Franck Stassi

En cette fin du mois de juin, ni la chaleur pesante, ni les matches de la Coupe du monde ne perturbent l’activité de la scierie de Vendenesse-lès-Charolles (Saône-et-Loire). Perché dans une cabine surplombant la ligne de découpe, un opérateur, aidé de quatre caméras, répartit les volumes de bois entrant dans l’usine vers les différents ateliers à l’aide d’un joystick – avec plus de risques que dans un jeu vidéo. "Nous investissons 1 million d’euros par an dans l’outil de production", revendique le président du groupe Ducerf, Jacques Ducerf. Il représente la quatrième génération à la tête de cette entreprise familiale de 200 personnes, créée en 1885, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros l’an dernier (dont la moitié à l’export) sur la première et la deuxième transformation. L’activité des deux pôles se répartit à part égales.

Pour Jacques Ducerf, l’objectif est clair : il convient de diversifier et de se renforcer pour conjurer la crise qui affecte le secteur. La France ne compte plus que 550 scieries de chêne (une essence qui représente 90% des volumes traités par l’entreprise), contre 900 en 2010. La Saône-et-Loire est passée de trente à quatre scieries au cours des trois dernières décennies. "La moitié des scieries aura disparu d’ici quatre à cinq ans, nous devons donc capter le flux de marchandises qui découlera de ces fermetures", prédit Jacques Ducerf.

Implanté au cœur d’une région forestière, la Bourgogne, le chef d’entreprise estime qu’il n’y a pas de crise du marché, mais une crise des approvisionnements. Il rejoint la position de la Fédération nationale du bois, qui tempère contre les exportations massives de grumes : "la Chine a adopté une stratégie de dumping en bloquant les achats sur place et en important toujours plus. Nous envisageons une deuxième ligne de sciages pour 2025, dédiée aux bois secondaires, mais nous avons un souci sur la ressource."

De la chauffe de bois au-delà des frontières

Le groupe compte six sites. A Vendenesse-lès-Charolles, le parc à sciages sera modernisé d’ici sept ans – le plan d’investissement actuel concerne les outils de production et les séchoirs. Des scies bi-coupe (photo ci-dessus) ont été installées pour pouvoir travailler dans les deux sens de la lame. A quelques kilomètres, plus impressionnante est l’unité de production de Bois durables de Bourgogne, inaugurée en 2009 et reconstruite, après un incendie, en 2014 – la faute à des vérins hydrauliques défaillants.


Chaque four à ultra haute température coûte 700 000 euros.

Depuis, dotés d’un nouveau système de fermeture, les deux fours, qui appartiennent à un consortium d’entreprises, chauffent le bois entre 200 et 220 degrés pour modifier sa composition cellulaire. Plus rigide, le bois voit sa contrainte de rupture diminuer. Il résiste aussi davantage aux attaques fongiques. "Cette usine est un vrai avantage concurrentiel. Des Anglais et des Belges nous envoient leurs bois !", renchérit Jacques Ducerf. Une technique finlandaise sans produits synthétiques, le Thermowood, est employée essentiellement sur du frêne et du peuplier. Les débouchés des produits de Bois durables de Bourgogne sont essentiellement des parquets, des lames de terrasse et du bardage.

"Premier sur Google !"

Le groupe Ducerf s’est diversifié dès 1962 dans la deuxième transformation avec, à Charolles, les Bois profilés (6000 m3 par an), une entité spécialisée dans les panneaux massifs, les portes et les carrelets de menuiserie, en s’appuyant sur une soixantaine de fournisseurs. Une deuxième ligne, dédiée au bardage et aux terrasses, est en cours d’installation. Des produits sur lesquels Jacques Ducerf refuse toute course effrénée aux prix bas, ce qui l’a conduit, il y a deux ans, à arrêter la commercialisation de produits dans les grandes surfaces de bricolage. 80% du chiffre d'affaires de son entité Delarbre est aujourd’hui réalisé en BtoC grâce à un site d’e-commerce, La boutique du bois, "en première position sur Google". Il a réalisé 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2017, en progression de 15% par an.

Le secret : du sur-mesure, jusqu’à 20% moins cher que dans les grandes enseignes, au moyen d’une structure légère (10 salariés) et d’une machine à commande numérique. "Entre la première et la deuxième transformation, il y a toujours une jambe plus faible que l’autre : il faut donc couvrir un large spectre", affirme Jacques Ducerf. Au milieu des colis prêts à partir dans toute la France, un détail interpelle : l’adresse du site, dans la banlieue lyonnaise. "Allez trouver un webmaster à Charolles !", justifie le dirigeant...

Photos: Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle