En attenteSTATUT DE FRANCE TÉLÉCOM: FILLON CHOISIT DE TEMPORISER

Partager

En attente

STATUT DE FRANCE TÉLÉCOM: FILLON CHOISIT DE TEMPORISER



Pour François Fillon le dossier de France Télécom prend l'allure de "patate chaude". Au point de botter en touche et de différer les premières décisions au mois de juillet. "Il n'y a aucun calendrier, si ce n'est la date de 1998, qui verra la déréglementation des télécommunications en Europe", affirmait le ministre des Technologies de l'information et de la Poste la veille de renconter les syndicats de l'opérateur public. La prudence est de rigueur. Avec l'accélération du processus de libéralisation européen, le temps presse. La transformation de France Télécom en société anonyme, qui permet d'ouvrir le capital à des actionnaires minoritaires et d'asseoir des alliances stratégiques sur des participations croisées, est nécessaire. Les discussions avec l'américain Sprint sont en phase finale, et le projet Atlas de société commune (dans les services de télécommunications aux grandes entreprises) avec Deutsche Telekom devrait recevoir le feu vert de Bruxelles dans les prochains mois. A force de retarder le changement de son statut, l'opérateur français risque de ne plus être sur la même longueur d'onde que son partenaire privilégié d'outre-Rhin, dont l'ouverture du capital est fixée à 1996. Entre la nécessité de donner les moyens d'une stratégie d'internationalisation à France Télécom et le souci de ne pas s'exposer à un blocage des personnels, la voie du gouvernement est très étroite.

USINE NOUVELLE N°2507

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS