En 2030, l'agriculture européenne sera encore plus productive et plus verte

Une agriculture moins gourmande en terres, plus productive et toujours en pointe sur les céréales. Focus en trois points sur les perspectives à horizon 2030 tracées par la Commission européenne pour le secteur primaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

En 2030, l'agriculture européenne sera encore plus productive et plus verte

1. Une agriculture plus productive

L’urbanisation croissante devrait induire, sur la période 2017-2030, une légère réduction de la superficie des terres agricoles européennes, qui passerait de 176 millions d’hectares (Mha) à 172 Mha. Les terres arables suivraient ce mouvement, de 106,5 Mha à 104 Mha. Plus spectaculaire est la fonte envisagée des effectifs : la main d’œuvre agricole de l’Union européenne devrait s’effriter de 28% entre 2017 et 2030, soit une baisse annuelle de 3,2% en moyenne, pour atteindre 6,6 millions de personnes. "Cette baisse attendue sera due à des changements structurels dans l'industrie, mais aussi à des perspectives d'emploi meilleures dans d'autres secteurs. Les zones rurales sont déjà confrontées à des difficultés pour créer des emplois attractifs", explique la Commission. La digitalisation du secteur impose aussi le recours à une main d’œuvre plus qualifiée.

2. Plus de céréales, moins d'agrocarburants

On n’arrête plus les céréaliers. Galvanisés par une demande européenne en hausse continue (de 283,5 millions de tonnes en 2017 à 308,5 Mt en 2030), ils devraient permettre une forte poussée de la production céréalière. Celle-ci s'apprécierait de 301 Mt en 2017 à 341 Mt en 2030. Les ventes à l’exportation suivraient la même tendance, avec 52,7 Mt de céréales potentiellement écoulées en 2030 contre 38 Mt en 2017. En revanche, les producteurs de graines oléagineuses, qui espéraient profiter de l’engouement pour les agrocarburants, en seront pour leurs frais. La production de colza devrait passer de 22,3 Mt en 2017 à 20,7 Mt en 2030 en raison notamment d'une baisse des ventes de ces carburants d'origine végétale. Leur production reculerait de 14,3 Mt en 2017 à 13,1 Mt en 2030.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

3. Encore des efforts environnementaux

Changement d’échelle : les émissions totales de gaz à effet de serre (hors CO2) devraient diminuer de 1,5% d'ici 2030 par rapport à 2008. Les émissions d'ammoniac liées à l'agriculture en Europe reculeraient quant à elles d’environ 10% entre 2008 et 2030. Celles liées aux engrais baisseraient de 13%, tout comme les émissions dues à la manipulation et au stockage du fumier. Celles induites par le pâturage perdraient 7%. Des changements dans la composition des troupeaux et l’évolution des systèmes de gestion du fumier permettraient d’aboutir à de tels résultats malgré la hausse de la production attendue de viande et de produits laitiers. L’agriculture représente plus de 10% des émissions européennes de gaz à effet de serre.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS