L'Usine Auto

En 2017, PSA supprimerait plus de 2 000 postes en France

Léna Corot , , ,

Publié le

Vu sur le web Départs volontaires, retraites et congés longue durée non remplacés permettront de supprimer 2 133 postes au sein du groupe PSA, affirme franceinfo ce lundi matin.

En 2017, PSA supprimerait plus de 2 000 postes en France

Le groupe PSA compte supprimer 2 133 postes, en 2017, dans ses usines françaises, selon des documents internes consultés par nos confrères de franceinfo. Le groupe ne prévoirait pas de licenciements secs mais des départs volontaires non remplacés, ainsi que des retraites et des congés longue durée. Ces suppressions de postes représentent environ 3% des effectifs totaux du groupe en France. Franceinfo précise que la suppression de ces emplois sera à l’ordre du jour du comité central d’entreprise ce lundi 17 octobre, dans l'après-midi.

Le plan "Push to pass" vient de prendre le relais du plan de redressement "Back in the race". Il a permis à PSA de sortir de la grave crise financière qu'il a traversée en 2012, via un plan d'économies drastique et le recentrage de l'activité sur les marchés et les modèles les plus rentables. Plan qui a conduit à la suppression de 17 000 postes depuis 2013.

PSA veut réduire de 200 millions d'euros ses frais fixes

Le groupe, qui ne donne pas de prévisions pour 2016, vise une marge opérationnelle courante moyenne de 4% pour la division automobile sur la période 2016-2018 et une cible à 6% en 2021, ainsi qu'une croissance de 10% du chiffre d'affaires à changes constants entre 2015 et 2018.

Il s'attend également à une croissance de 4% du marché automobile européen sur l'ensemble de l'année et réviser de 5% à 8% son estimation pour la Chine, où il entend réduire de 10% par an ses coûts pour s'adapter à un marché devenu très concurrentiel.

Dans le cadre de ce nouveau plan, le groupe prévoit de réduire en tout de 200 millions d'euros supplémentaires ses frais fixes cette année, une mesure qui lui permettra de compenser les effets négatifs de la baisse de la livre sterling liée au Brexit.

Léna Corot

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte