Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

En 2016, les PME de l'aéronautique n'auront d'autre choix que celui de la consolidation

Olivier James , , ,

Publié le

Dans un contexte de l'aéronautique toujours porteur, les PME de l’aéronautique doivent s’attendre à une année 2016 difficile, selon les dirigeants du Gifas. Seule la consolidation de la filière leur permettrait de passer le cap.

Drôle de paradoxe. Alors que la filière aéronautique française n’a jamais eu à produire autant d’avions, les PME et équipementiers doivent s’attendre à une année 2016 compliquée. Des inquiétudes soulignées jeudi 7 janvier par les dirigeants du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS). "Je suis inquiet pour 2016, résume Bertrand Lucereau, président du comité Aéro-PME. Si l’année 2015 a été contrastée pour les PME, l’année 2016 sera difficile."

Un constant bien sombre, alors que secteur aéronautique connaît une dynamique industrielle sans précédent. Le niveau des commandes de la part des grands donneurs d’ordre comme Airbus, Boeing, Dassault Aviation, Safran…  est à un niveau historique.

Les indicateurs conjoncturels sont eux aussi bien orientés. "La situation est plutôt favorable en termes de parité euro/dollar et en ce qui concerne la baisse du prix du baril de pétrole", affirme Marwan Lahoud, le président du Gifas.

Les tensions géopolitiques au Moyen-Orient et la situation boursière imprévisible en Chine n’ont pour le moment pas eu d’incidences sur les commandes d’avions. Même sur le front de l’emploi, le ciel se dégage : les quelque 2000 emplois non pourvus début 2015 auraient en partie été résorbés. En 2016, la filière devrait recruter avec moins de peine environ 10 000 emplois, autant qu’en 2015.

EN 2016, UN CONTEXTE MOINS FLORISSANT

Comment dès lors expliquer les inquiétudes du Gifas ? "En 2016, le contexte sera moins florissant dans la mesure où nous ferons face à la baisse de cadences de certains programmes et nous serons en même temps dans l’attente de la montée des cadences de certains autres, explique Emmanuel Viellard, le représentant des équipementiers au Gifas.

Nous serons donc dans un léger creux de conjoncture". La baisse des cadences de l’A330 (de neuf à six avions par mois) ne sera pas immédiatement compensée par la montée en production de l’A350, dont les premières livraisons débutent à peine, ni par celles de l’A320 et du Boeing 737.

Une consolidation attendue

PME et équipementiers risquent donc de souffrir d’un effet ciseau : ils ne jouissent pas encore des fortes hausses de cadences de production mais doivent d’ores et déjà investir massivement dans l’appareil industriel.

Ces entreprises vont affronter une période critique de "quelques mois", anticipe Marwan Lahoud. Or, la petite taille de ces acteurs pourrait bien représenter un facteur de blocage, voire de fragilité. Les PME du Gifas embauchent en moyenne entre 100 et 120 personnes pour un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros environ.

"On ne va pas échapper en 2016 à un phénomène de consolidation des PME de l’aéronautique, prévoit Bertrand Lucereau. Si nous ne sommes pas prêts, cela va être compliqué pour 2017."

Selon les dirigeants du Gifas, les PME et les équipementiers seraient plus à mêmes de répondre aux exigences croissantes des grands donneurs d’ordre (réduction des coûts de production, baisse des prix, diminution de délais de livraison, doublement des sources d’approvisionnement…) si elles prenaient davantage de poids.

Et les dirigeants du Gifas de mettre en avant l’exemple allemand, où les ETI seraient trois fois plus nombreuses. La saison des amours pourrait commencer tôt cette année...

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle