Emploi: toujours le traitement social du chômage

Partager

Emploi: toujours le traitement social du chômage



Dans ce budget aux dépenses raisonnées, le ministre du Travail se taille la part du lion. Avec près de 90milliards de francs, les dépenses affectées à l'emploi sont en hausse de 8,2%. Le Premier ministre entend ainsi prouver aux Français qu'il consacre toute son énergie à la lutte contre le chômage. Mais où va l'argent? Contrairement aux velléités affichées, l'essentiel du budget est affecté à ce que l'on qualifie de "traitement social du chômage". Ainsi, les Contrats emplois solidarité (CES) absorberont quasiment à eux seuls 25milliards. Autre poste "budgétivore" : les dépenses dites passives, liées à l'indemnisation du chômage ou au financement des préretraites via le FNE dont le budget passe à 18milliards. Enfin, par le biais des allègements de charges patronales, le gouvernement renforce aussi sa participation à la formation professionnelle (23milliards). Tout cela a un goût de déjà vu. En écho à cette facture bien classique, Valéry Giscard d'Estaing, reprend, lui, une vieille idée décapante: augmenter la TVA pour baisser les charges sur les bas salaires. Et affirme: 10 à 20% de baisse des charges sur les salaires bruts inférieurs à 7500francs, c'est 1,5 à 2millions d'emplois supplémentaires.

USINE NOUVELLE - N°2472 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS