Emploi, le tertiaire toujours porteur. Le projet de loi sur les faillites va dans le bon sens, selon le Medef. Essilor accroît ses profits. Vinci confirme sa bonne santé...

Partager

Emploi, le tertiaire toujours porteur. Les dernières statistiques du ministère des Affaires sociales montrent une stabilisation de l'emploi au second trimestre. L'industrie a continué de perdre des postes, 24000 suppressions, mais le secteur des services en a généré presque autant, 23000 créations, souligne Les Echos. Plus de la moitié de celles-ci ont été enregistrées dans le commerce. Le batiment a également connu une embellie avec 8000 postes supplémentaires.

Le projet de loi sur les faillites va dans le bon sens, selon le Medef. L'organisation patronale anticipe le projet de réformes des lois sur les procédures collectives, élaboré par la chancellerie. Il propose une adaptation du chapitre 11 américain, relèvent Les Echos et La Tribune. Le principe serait la contractualisation des procédures, avec l'introduction d'un règlement amiable anticipé. Créanciers et entreprises en difficultés pourraient négocier, en amont de la cessation de paiement, sur la continuation de l'activité.

Le référendum sur l'adoption de l'euro par la Suède reste indécis. L'assasinnat d'Anna Lindh, la ministre suédoise des affaires étrangères, partisante du oui, brouille un peu plus les pronostics, indiquent vos quotidiens. Les pro-européens voient dans l'adhésion une opportunité pour le croissance et l'emploi, note Les Echos. Pour autant, le décalage est grand entre la classe politique et les entreprises, majoritairement favorables, et la population beaucoup plus hésitante, remarque La Tribune.

Essilor accroît ses profits. Malgré la conjoncture atone, le leader mondial de l'optique correctrice affiche des profits en hausse, avec une marge nette qui dépasse les 10 %, à près de 103 millions d'euros. La stratégie du groupe, qui allie croissance interne et acquisitions semble efficace, rapporte Les Echos. Essilor se bat sur le haut de gamme, le secteur qui montre les meilleurs opportunités de croissance.

Vinci confirme sa bonne santé. Aprés Bouygues et Eiffage qui viennent d'annoncer de bons semestres, le numéro un mondial du BTP compte franchir la barre du demi milliard d'euros de résultat net cette année. Tous les métiers du groupe, construction, route, énergie et services (concessions) ont participé aux bons résultats du premier semestre, relate Les Echos. Le groupe avait un carnet de commandes de près de 12 milliards d'euros au 30 juin dernier.

Malgré une année noire pour le luxe, LVMH progresse. A 265 millions d'euros, le résultat net a progressé de 24 %, au premier semestre, dans un environnement pourtant difficile. Louis Vuitton et Dior ont notamment tiré l'activité. Dans un entretien au Figaro, Bernard Arnault, le président du groupe de luxe français, explique cette résistance et analyse les conséquences de la crise sur le secteur.

Téléphonie mobile,la croissance fléchit, les bénéfices s'emballent. Mature, le marché français du mobile peine désormais à recruter des abonnés, souligne le magazine LSA. Mais le renouvellement des terminaux, qui tire le marché vers le haut de gamme, et les nouveaux services aident à maintenir l'activité, surtout chez les opérateurs. Qui ne semblent guère pressés de dépenser les sommes colossales nécessaires à la nouvelle étape : l'UMTS.

Didier RAGU

Bon week-end, à lundi

0 Commentaire

Emploi, le tertiaire toujours porteur. Le projet de loi sur les faillites va dans le bon sens, selon le Medef. Essilor accroît ses profits. Vinci confirme sa bonne santé...

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS