Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Emmanuel Macron se montre confiant sur le projet nucléaire britannique d'EDF à Hinkley Point

, ,

Publié le

La France mènera à son terme le projet de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne, a assuré le ministre français de l'Economie. En France, une réunion présidée par François Hollande sur l'avenir de l'électricien en difficultés financières est prévue cette semaine.

Emmanuel Macron se montre confiant sur le projet nucléaire britannique d'EDF à Hinkley Point © Pascal Guittet

La France mènera à son terme le projet de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, en Grande-Bretagne, a assuré le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, dans une interview à la BBC diffusée ce dimanche 17 avril.

SIGNATURE ATTENDUE DANS LES SEMAINES À VENIR

"Nous soutenons le projet Hinkley Point, c'est très important pour la France, c'est très important pour le secteur nucléaire et EDF", a dit Emmanuel Macron à la BBC. "Maintenant, nous devons finaliser le travail, et notamment le travail technique et industriel, en étroite collaboration avec EDF, avec le gouvernement britannique, pour être en situation de signer dans la semaine à venir ou plus tard", a-t-il ajouté.

Le PDG d'EDF a récemment écarté l'hypothèse d'un report du projet d'Hinkley Point et le groupe doit se prononcer début mai sur la construction de ces deux réacteurs, l'Etat français devant par ailleurs définir à la même échéance son soutien financier à l'entreprise. L'Etat détient 84,94% du capital d'EDF et 90,68% des droits de vote de la société.

Réunion sur l'avenir d'EDF cette semaine

D'après Les Echos, François Hollande doit d'ailleurs présider une réunion d'arbitrage sur l'avenir d'EDF "autour du 20 avril", avant le conseil d'administration du vendredi 22 au cours duquel le groupe public doit entériner son plan de financement. Une recapitalisation serait pour le moment écartée.

Les principaux syndicats de l'électricien public en ont appelé mercredi à François Hollande pour remettre en cause la construction de ces deux réacteurs de nouvelle génération au Royaume-Uni, un projet qu'ils jugent trop coûteux et aléatoire au vu de la situation financière du groupe et des déboires répétés du projet d'EPR à Flamanville (Manche). 

 

 

 

 
 
 

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle