Tout le dossier Tout le dossier

Emmanuel Macron s'excuse après avoir qualifié les salariées des abattoirs Gad d'illettrées

[ACTUALISE] Le jeune ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé dans une interview, accordée le 17 septembre à Europe 1, qu'il présenterait d'ici fin 2014 un projet de loi sur la croissance, pour essayer de guérir une France "malade, [atteinte d'] une fièvre, qui s'appelle le chômage de masse." Il a qualifié pendant l'entretien les salariées des abattoirs Gad "d'illettrées". Un faux pas pour lequel il s'est excusé devant l'Assemblée nationale.

Partager
Emmanuel Macron s'excuse après avoir qualifié les salariées des abattoirs Gad d'illettrées

Dans sa première interview, accordée le 17 septembre au matin à Europe 1, le nouveau ministre de l'Economie Emmanuel Macron a tenté maladroitement de défendre les salariés des abattoirs Gad. Il voudrait que le permis de conduire coûte moins cher. Cela permettrait aux personnes travaillant dans cette entreprise, "en majorité des femmes, […] pour beaucoup illettrées", de retrouver plus facilement un emploi dans une usine située à 50 ou 60 kilomètres de leur domicile.

Si dans un article daté du 5 décembre 2013, le site d'Europe 1 soulignait déjà que 20% des employés de Gad étaient illettrés, cette petite phrase défraye la chronique. D'autant que comme le souligne Annick le Guével, déléguée syndicale CFDT de Gad Josselin, "il n'y a pas une majorité de femmes dans l'entreprise, nous ne sommes que 40 %." Le ministre a exprimé dans l'après-midi du 17 ses regrets devant l'Assemblée nationale pour "les propos [...] tenus ce matin, si j'ai blessé et parce que j'ai blessé des salariées. C'est inacceptable et ce n'est pas ce que j'ai voulu faire."

On paye cash une décénie perdue

Au micro de Jean-Pierre Elkabbach, il a également cinglé l'immobilisme hexagonal qui a, selon lui, plombé l'économie du pays et l'a plongé dans la crise politique.

L'ancien banquier d'affaires affirme : "la France est malade, elle n'est pas bien. [Elle est atteinte d'] une fièvre, qui s'appelle le chômage de masse. On s'y attèle. […] Il n'y a pas d'autres choix qu'avancer, agir pour réformer l'économie et aller plus loin."

Une loi sur la croissance

Pour remettre l'Hexagone sur pied, Emmanuel Macron va présenter d'ici à fin 2014 une loi sur la croissance. Elle devrait être "débattue au Parlement au début de l'année prochaine". L'objectif numéro un du texte ? Créer de l'activité.

Ce projet de loi devrait comporter toute une série de mesures : "il n'y a pas UNE grande réforme à faire mais une série de petites réformes à accomplir", pour que les patrons de PME, les artisans se sentent bien. Il s'attaquera à la révision controversée du statut des professions règlementées, mais pas seulement : "Ce ne sera qu'une petite partie de la réforme", souligne le ministre dans la vidéo ci-dessous.


Cette loi ne sera pas un médicament miracle, insiste l'énarque : "on ne va pas résoudre les problèmes des Français en sacrifiant les notaires et les pharmaciens." Et de poursuivre : "dire que cela rendra 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français, c'est une illusion." Il tranche avec l'optimisme de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Le Medef doit prendre ses responsabilités

Comme l'a fait avant lui le Premier ministre Manuel Valls, pendant son discours de politique générale à l'Assemblée nationale, l'ancien salarié de Rothschild tacle le Medef. L'organisation patronale a proposé le 14 septembre, dans Les Echos, de supprimer des jours fériés et de créer un salaire transitoire inférieur au Smic pour créer un million d'emplois.

Pour Emmanuel Macron, le patron des patrons "Pierre Gattaz doit prendre sa part de responsabilité, pas faire des commentaires dans la presse." Le ministre fait confiance aux partenaires sociaux pour négocier sur les seuils sociaux. Il n'interviendra que si les discussions se soldent par un échec.

Lélia de Matharel

0 Commentaire

Emmanuel Macron s'excuse après avoir qualifié les salariées des abattoirs Gad d'illettrées

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Éco - social

Pour libérer l’activité Emmanuel Macron multiplie les micro propositions

Éco - social

Quand Macron le "banquier d’affaires" parlait d’industrie

Éco - social

L'Etat va vendre jusqu'à 10 milliards d'euros d'actifs d'ici fin 2015, selon Macron

Éco - social

Emmanuel Macron relance l'idée d'une réforme de l'assurance chômage

Emploi

Emmanuel Macron critique les entreprises qui privilégient l'augmentation des salaires à l'embauche

PME-ETI

Emmanuel Macron, l’homme qui chuchotait à l’oreille des ETI

Éco - social

Macron, un nouveau style pour un pari

La matinale de l'industrie

Pour Emmanuel Macron, les entreprises doivent maintenant montrer leur engagement

Éco - social

Emmanuel Macron lance un ballon d'essai sur l'assouplissement des 35 heures

Éco - social

Ce qu’Emmanuel Macron veut faire des 34 plans

Éco - social

Pour Emmanuel Macron, "34 plans industriels, c’est beaucoup"

Éco - social

Acome a fait passer les messages de l’industrie à Emmanuel Macron

Éco - social

Valls 2 : Emmanuel Macron remplace Arnaud Montebourg à Bercy

Éco - social

Passation de pouvoir : Montebourg quitte la scène, Macron entre dans la lumière

Emmanuel Macron remplace Arnaud Montebourg à l'Economie

Éco - social

Réactions mitigées après la nomination d’Emmanuel Macron

Éco - social

Gouvernement Valls 2 : arrivée surprise d'Emmanuel Macron au ministère de l'Economie

Equipements électriques

Qui est Acome, la première entreprise visitée par Emmanuel Macron

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS