Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Emmanuel Macron relance l'idée d'une réforme de l'assurance chômage

, , , ,

Publié le

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a jugé dimanche qu'il ne devait "pas y avoir de tabou ni de posture" sur l'assurance-chômage, alors que la gauche s'interroge sur l'opportunité de débattre du montant et de la durée des allocations. Claude Bartolone a qualifié ces propos de "phrase mal ajustée" et Ségolène Royal de "petite maladresse de vocabulaire".

Emmanuel Macron relance l'idée d'une réforme de l'assurance chômage © Capture vidéo iTélé

"Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture. L'assurance-chômage est en déficit de 4 milliards d'euros ; quel responsable politique peut s'en satisfaire ? Il y a eu une réforme, elle est insuffisante. On ne pourra pas en rester là. C'est aux partenaires sociaux qu'il appartient de faire avancer les choses", a déclaré le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, au Journal du Dimanche publié ce 12 octobre. "Mais comme l'Etat garantit financièrement le régime, il peut aussi reprendre la main si les blocages sont trop lourds. Le sujet reviendra en temps voulu", a-t-il ajouté.

Un débat lancé par Manuel Valls

Le Premier ministre Manuel Valls avait lancé le débat, lundi dernier à Londres, en estimant que la question du montant et de la durée de l'indemnisation du chômage devait "être posée", selon des propos rapportés dans la presse. "La question de l'efficacité, de l'équité des règles de ce régime (...) est un débat légitime", avait-il ajouté mercredi à l'Assemblée.

Devant le tollé suscité à gauche par ces propos qualifiés de "provocation" par les syndicats, François Hollande s'était montré plus évasif jeudi, en renvoyant aux négociations entre partenaires sociaux. "Sur l'indemnisation du chômage il y a une convention qui vient d'être signée en 2014 et une autre est prévue en 2016 et il y a une rencontre qui est organisée entre les partenaires sociaux et Pôle emploi", avait-il dit.

Déficit de 3,8 milliards d'euros en 2014

La nouvelle convention chômage, entrée en vigueur le 1er juillet après un accord entre trois syndicats (CFDT, FO et CFTC) et le patronat, doit permettre à l'Unédic d'économiser 1,9 milliard d'euros d'ici à fin 2016, alors que ses comptes sont dans le rouge : 3,8 milliards d'euros de déficits prévus en 2014 pour une dette de 21,4 milliards. Cette nouvelle convention, en vigueur jusqu'à fin 2016, durcit le régime de certains allocataires, notamment les cadres touchant une importante indemnité de départ et les intermittents du spectacle.

"Une petite maladresse de vocabulaire" pour Ségolène Royal

Interrogé lors de l'émission BFM Politique dimanche, Claude Bartolone, président PS de l'Assemblée nationale, a qualifié de "phrase mal ajustée" les propos d'Emmanuel Macron.  La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a quant à elle appelé à ne pas modifier le système d'assurance chômage en période de crise et a évoqué sur France Inter "une petite maladresse de vocabulaire" du ministre de l'Economie qui n'a en aucun cas "annoncé son intention de réformer l'assurance chômage".

De son côté, le secrétaire d'État au Budget Christian Eckert a jugé indispensable de réduire le "déficit chronique" de l'assurance chômage, mais a souligné qu'il revenait aux partenaires sociaux de décider de quelle manière, en pleine polémique sur les propos d'Emmanuel Macron.

Sur le fond, "4 milliards de déficit chronique sur l'assurance chômage, c'est un élément sur lequel nous devons travailler, et nous devons le réduire. (...) Aux partenaires sociaux de décider si c'est en jouant sur la durée, sur le niveau, sur les moyens mis pour le retour à l'emploi", a estimé le secrétaire d'Etat. "C'est vrai que s'ils n'arrivent pas à un accord, nous verrons comment le gouvernement éventuellement légiférera sur le sujet", a-t-il ajouté.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle