Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Emmanuel Macron ne croit pas à un renversement de l'alliance Renault-Nissan

, , , ,

Publié le , mis à jour le 28/01/2019 À 07H10

Le 27 janvier, Emmanuel Macron s'est exprimé sur l'alliance Renault-Nissan, quelques jours après le changement de gouvernance chez le constructeur automobile français. Le président ne croit pas à un renversement de l'alliance entre les deux groupes. Emmanuel Macron se dit aussi préoccupé sur les conditions de détention préventive de Carlos Ghosn, l'ex-PDG de Renault arrêté depuis le 19 novembre 2018.

Emmanuel Macron ne croit pas à un renversement de l'alliance Renault-Nissan
Emmanuel Macron s'est exprimé sur l'alliance Renault-Nissan, quelques jours après le changement de gouvernance chez le constructeur automobile français. (Image d'archive)
© Nations Unies

La situation actuelle chez Renault n'est pas de nature à renverser les équilibres de l'alliance Renault-Nissan, a estimé dimanche 27 janvier Emmanuel Macron. Le président français a précisé avoir exprimé au Premier ministre japonais sa préoccupation sur les conditions de détention préventive de Carlos Ghosn.

"Je ne crois pas du tout que ce qui se passe, qui est un cas individuel, soit de nature à renverser les équilibres de l'alliance", a dit le chef de l'État français lors d'une rencontre avec des journalistes au Caire. "Je ne crois pas qu'il faille derrière en tirer des conclusions plus industrielles de rééquilibrage, au contraire, nous sommes vigilants à ce que les équilibres de l'alliance soient préservés".

"J'ai considéré que la détention préventive était très longue"

"Je crois qu'aujourd'hui l'alliance a montré sa stabilité, il y a une situation qui est sous la responsabilité de la justice japonaise, moi je me suis simplement préoccupé que le sort d'un compatriote français respecte le minimum de décence qu'on est en droit d'attendre", a-t-il ajouté.

"J'ai considéré que la détention préventive était très longue et que les conditions de sa détention étaient dures, je l'ai dit à plusieurs reprises au Premier ministre Abe", a-t-il poursuivi.

Nouvelle gouvernance chez Renault

Carlos Ghosn, inculpé pour malversations financières, pour avoir notamment minimisé son salaire pendant huit ans et transféré temporairement chez Nissan des pertes personnelles, est détenu depuis le 19 novembre 2018 au Japon.

Il a été rapidement limogé par Nissan et Mitsubishi de ses fonctions de président. Jeudi 24 janvier, Renault a nommé Jean-Dominique Senard, actuel président de Michelin, comme nouveau président du groupe au losange, et l'actuel patron opérationnel Thierry Bolloré au poste de directeur général.

Avec Reuters (Marine Pennetier, édité par Danielle Rouquié)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle